UA-70828429-1 UA-70828429-1

22/11/2014

Arrivée

Après un voyage sans encombres, nous voilà arrivées à Phnom Pen (PP).  Le seul bé mol était pour la pauvre Marie qui s'est retrouvée coincée sur le vol Vienne-Bangkok à côté d'un vieux schnock autrichien débordant du siège.  Il voyageait seul et on se doutait bien ce qu'il allait faire en Thaïlande.  De notre côté nous avons pris un café dans le magnifique l'aéroport de Suvarnabhumi et j'ai failli tomber de ma chaise : deux cafés avec deux petites bouteilles d'eau à 11 dollars.  On se croirait presque à Genève!


A l'aéroport de PP les prix ont également augmentés : 30 dollars pour le visa touristique à la place des 20 de l'année dernière.  Cela promet...  Mais les cartes SIM sont toujours aussi avantageuses et nous nous en procurons tout de suite à l'aéroport en attendant Seang et Bong.  Ils arrivent avec leur petit qui se met à pleurer dès qu'il me voit.  "Que me veut cette femme à la peau blanche que je ne connais pas?"  J'essaye de l'amadouer avec un jouet que j'ai acheté au marché de Ferney-Voltaire : un pic-vert en bois qui descend sur une tige en faisant des mouvements avec sa tête.  Le vendeur et moi avions imaginé la réaction du petit, habitué aux jouets made in China.  Il est curieux et semble l'aimer mais pas suffisamment pour lui enlever sa peur.  Alors je sors mon arme secrète, les biscuits de noël faits maison.  Mon amie Seang en raffole et le petit ne les méprise pas non plus.  Il en goûte pendant tout le trajet de retour et s'endort heureux sur les genoux de sa mère.

cambodgeLe trafic est fluide mais l'air me semble plus pollué que l'année dernière.  La nouvelle tour est terminée maintenant.  Selon Bong elle fait du déficit étant trop chère pour les portemonnaies cambodgiens.  Seulement quelques bureaux y sont occupés.  Mais PP ignore ce genre de détail et continue à construire buildings, immeubles et centre commerciaux.  Bientôt elle sera une capitale moderne comme tant d'autres et perdra tout de son charme particulier que j'adore.

Arrivée au Cyclo Guesthouse la petite "famille" de mon quartier général m'accueille chaleureusement.  Tout à son habitude l'ami Benson est assis au bar et nous souhaite la bienvenue avec une bouteille de blanc et des tapas.  Je lui ai ramené du fromage, et surtout le reblochon fait des jaloux.  Benson me raconte les derniers ragots.  Deux jeunes employés fort sympathiques ont volé de l'argent dans la caisse de l'hôtel avant de disparaître dans la nature.  Le garçon était un des petits protégés du propriétaire qui le connais depuis son enfance et qui en est fort affecté. 

Trahison, manque de gratitude, manque de réflexion?  Nous Européens ont souvent de la peine à comprendre ces choix et nos valeurs ne semblent pas être les mêmes.  Je l'avais aussi constaté à plusieurs reprises à l'orphelinat où les mamans pouvaient disparaître du jour au lendemain sans avertir personne et malgré leur attachement pour les enfants.  A notre vision du monde linéaire les personnes y perdent plus qu'elles n'y gagnent.  Mais peut-être est-ce une manière de ne pas perdre la face?  Ah l'Asie - belle et souriante et parfois si difficile à comprendre...

01:07 Publié dans Cambodge | Tags : cambodge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.