UA-70828429-1 UA-70828429-1

27/11/2014

Mercredi

Chacun sait que le mercredi partage la semaine en deux.  Mais saviez-vous que c'est également le jour du jardin et de la piscine gonflable pour les enfants du premier étage du Brave Heart Center?


P1000221.JPGTous les enfants sont dans leurs chaises roulantes et attendent tranquillement d'abord devant le lift, puis alignés dehors que leur tour arrive.  Le ciel est couvert avec de gros nuages noirs, mais il ne pleut pas.  La température invite à la balade en pleine air.  Chaise roulante après chaise roulante nous usons nos semelles en faisant le tour du petit parc.  Les enfants sont heureux.  La petite Somnang malvoyante arrive quand même à distinguer des mouvements, et elle sourit de bonheur devant toutes ces merveilles qui peuvent bouger dehors.  La petite autiste Ravi arrive à faire le tour entier en marchant.  Par sécurité je la tiens par la main pour l'équilibre.  Elle rit de fierté.  Bravo Ravi! 

Pendant ce temps les enfants de l'autre groupe s'amusent dans la piscine gonflable.  Quelques petits polissons adorent arroser au tuyau les mamans et les volontaires.  Heureusement que tout sèche très vite.

Au enième tour une femme qui parle un peu d'anglais m'appelle et me demande d'aller voir une des mamans assise par terre devant son "appartement".  Je la connais.  Elle est toute pâle et visiblement mal en point.  D'habitude elle travaille dans la chambre des garçons au 1er étage.  Malgré sa lourdeur corporelle je l'ai vu s'occuper des enfants avec une tendresse infinie.  Elle me sourit faiblement et me fait comprendre qu'elle a des problèmes de cœur.  Ses jambes sont toutes enflées.  Elle n'a pas été aux toilettes pendant une semaine, ni pour l'un ni pour l'autre.  Marie qui est infirmière suppose en emphysème pulmonaire.

Nous allons retrouver la nouvelle doctoresse.  Elle est au courant pour cette maman et nous dit qu'elle l'avait envoyé à l'hôpital.  Seulement voilà le problème : au Cambodge il n'y a pas d'assurance maladie.  Si elle va à l'hôpital elle doit payer.  Le Brave Heart Center prendra en charge 60% des frais, mais pour le reste c'est à elle d'avancer l'argent.  On lui a proposé d'emprunter de l'argent à la directrice mais elle n'a pas voulu.  Je n'ai aucune idée combien coûte un séjour en hôpital au Cambodge et de toute façon je n'ai que 100 $ avec moi.  Mais cela suffira pour le début.  La maman est soulagée et promet de se rendre à l'hôpital dans l'après-midi.

Je suis triste pour cette femme dont la seule famille sont les amies et collègues de l'orphelinat.  Personne n'a les moyens financiers pour l'aider.  J'espère qu'elle s'en sortira!

P1000231.JPGAprès cette matinée déjà riches en émotions nous accueillons dans l'après-midi un nouveau bébé qui vient d'être déposé par sa mère.  C'est un garçon trisomique d'à peine un an.  Pendant les premières heures parmi nous il pleure beaucoup.  Pauvre petit abandonné par une mère qui ne sait certainement pas comment faire face à un enfant si étrange.  De surcroît elle a certainement peur qu'il soit possédé par des mauvais esprits.  Mais il peut se sentir heureux malgré tout, car il vient de trouver une nouvelle famille parmi ses semblables où il sera entouré, choyé, aimé.  Déjà on se l'arrache comme l'année dernière la petite Srey Ka, trisomique elle aussi.  Comme vous pouvez le constater vous-même, elle est devenue une petite fille bien espiègle et éveillée qui fait craquer tout le monde. 

On ne peut reprocher à aucun parent Cambodgien d'abandonner son enfant handicapé.  Soit les mères les emmènent à l'hôpital et ne reviennent plus, soit elles les déposent directement au centre.  Je suis sûre que beaucoup de mamans laissent leur enfant le cœur lourd.   Mais comment faire face à une telle épreuve quand on a ni l'éducation ni les moyens financiers? 





Les commentaires sont fermés.