UA-70828429-1 UA-70828429-1

21/12/2014

Bilan

Après trois semaines au soleil chaud, me voilà rentrée dans l'hiver genevois aux allures printanières.  L'heure est au bilan et mes sentiments sont partagés.


Il y a pleines de bonnes choses à noter à l'orphelinat:

  • La nouvelle équipe est dynamique, motivée et organisée. 
  • Une permanence médicale a été mise en place qui prend en charge les mamans autan que les enfants.
  • Les salaires des mamans ont été augmentés et des renforts sont en train d'être recrutés (dont deux ou trois hommes!).

P1000458.JPGD'un autre côté, d'après mes observations, la nouvelle coordonnatrice essaye d'instaurer beaucoup de nouvelles choses en trop peu de temps.  On ne change pas facilement les mentalités dans ce pays, et en fin de compte se sont les mamans qui vivent avec les enfants à longueur de journée et pas nous! 

Une problématique récurrente est le nourrissage.  La théorie, les mamans la connaissent, mais ensuite vient la pratique avec deux mamans pour 15 enfants qui pleurent parce qu'ils ont faim et veulent tous manger en même temps.  Qui aura alors le temps de faire des "une cuillère pour toi et une cuillère pour moi"?  Un jour Colleen a voulu montrer comment il faut faire et a passé une heure et 45 minutes avec un garçon à essayer de le faire manger! 

Nous avons également vu passer des orthophonistes fraîchement diplômés pour nous procurer leurs bons conseils à l'heure du déjeuner.  Seulement ils ne connaissaient ni les enfants ni leurs spécificités.  Et voilà le moment où la théorie se heurte à la réalité.  Cela nous a bien faire rire sous cape, les mamans, Marie et moi, qui avions l'habitude de nourrir nos petits.

Et puis cela soulève un autre questionnement.  A l'orphelinat comme dans beaucoup d'ONG, nous occidentaux arrivons avec nos idées bien arrêtées, nos bonnes intentions et le souhait profond d'en faire profiter la population.  Comment être plus efficace, plus rentable, plus ci et plus ça.  Seulement voilà, souvent la population n'a rien demandé.  Elle a son propre mode de fonctionnement et ses propres règles.  Nous ne détenons pas la science infuse.  Si nous n'arrivons pas à reconnaître et respecter ces différences culturelles profondes, notre aide est vouée à l'échec.    


 



Les commentaires sont fermés.