UA-70828429-1 UA-70828429-1

12/12/2014

Dernier jour

Voilà, le dernier jour de notre séjour à Phnom Penh est déjà arrivé.  Franchement - je n'ai pas vu le temps passer!  Et en plus j'ai encore assez de choses à vous raconter pour continuer mes billets pendants quelques jours....


P1000850.JPGAujourd'hui nous sommes allés "travailler" uniquement le matin afin de pouvoir faire nos dernières petites courses l'après-midi, massage, séance de beauté, etc. avant de repartir dans le froid. 

La matinée passe vite et j'en profite pour faire mes adieux aux enfants qui me sont particulièrement chers.  Un dernier tour sur la balancelle avec Sey Ha, une promenade rallongée avec Somnang, quelques clowneries pour Sambo...  Midi est vite arrivé.

Quand je fais un de mes derniers tours de promenade sur le balcon une vieille femme m'interpelle.  Je ne l'ai vu que deux ou trois fois et ne la connais pas très bien, mais elle me fait tout un discours en khmer, me parles de ses problèmes (en tout cas c'est ce qu'imagine...) et me souhaite "good luck" pour le retour.  Tout cela sous les yeux ébahis d'une jeune volontaire australienne qui a visiblement toute la peine du monde à s'intégrer à la vie de l'orphelinat.  Nous l'appelons "Miss sourire" parce qu'elle ne sourit quasiment pas.  Elle a prévu de rester huit semaines.  A mon tour alors de lui souhaiter "good luck" afin qu'elle puisse voir la beauté de cet endroit et de ceux qui l'habitent.  Mais en fait, ce n'est qu'une question de volonté!

Finalement Marie et moi faisons le tour pour dire au revoir aux enfants et aux mamans.  Ces femmes sont attachantes et nous témoignent de leur amitié et gratitude.  Le fait de venir travailler dans leur orphelinat les valorise également indirectement.  Elles voient que nous prenons leur travail au sérieux et que nous les respectons.  Et puis toutes les occasions sont bonnes pour rigoler ensemble!  Comme d'habitude elles nous ont préparés des lettres en anglais et nous avons droit à des petits cadeaux : une belle écharpe, un tissu en soie, le tout emballé dans des petits sachets fait maison.  Marie a les larmes aux yeux.  Et moi aussi.

P1000736.JPGCe qui me rend les départs plus faciles maintenant est le fait de savoir que l'année prochaine je reviendrai, je ne sais pas quand ni pour combien de temps, mais je reviendrai!  Les bébés des mamans auraient grandis, quelques uns de mes chéris ne seront probablement plus de ce monde mais d'autres enfants auront rejoint le groupe.  Et le vie continue.

Au revoir et lihai ma chère famille cambodgienne et à l'année prochaine!

Les commentaires sont fermés.