UA-70828429-1 UA-70828429-1

09/02/2015

Le stress (1)

stressDepuis plusieurs décennies le stress est décrié comme la maladie du siècle. On lui donne la responsabilité de bon nombre de désordres psychiques et physiologiques.

Notre vie de tous les jours est imprégnée de stress avec des emplois du temps souvent surchargés, une vie effrénée, une course folle au rendement, la pollution, le bruit, l’incertitude socio-économique grandissante, la perte de repères. Dès que le stress se maintient, le déséquilibre hormonal entraîne des gestes inutiles, l’angoisse, des troubles digestifs et cardiovasculaires, l’insomnie, la dépression et à plus long terme le risque de cancer.


A la base, le stress correspond à une réaction de défense du corps pour faire face à un danger ou à une situation exceptionnelle. Quand les hommes primitifs étaient confrontés à l’hostilité de la nature, leur seul choix était de rester et combattre ou de fuir pour sauver leur vie. Grâce à ce système d’activation d’énergie, notre espèce, et nous en tant qu’individus, avons pu faire face aux situations dangereuses, les maîtriser et repousser nos limites. Il n’y a donc pas que l’amour qui donne des ailes. Le danger peut soit nous pétrifier, soit nous pousser au dépassement de nous même.

Aujourd’hui il semble que le moindre incident réactive ces vieux mécanismes biologiques, indépendamment du fait de savoir si le facteur stressant est une bonne ou une mauvaise chose. Ceci est bénéfique dans le genre de situation extrême où une mère trouvera une force surhumaine pour sortir son enfant d’un danger, ou qu’un nageur médiocre va réussir miraculeusement de sauver quelqu’un de la noyade. Mais c'est nocif par rapport à des situations où il n’y a apparemment pas de solution possible par la réponse musculaire. Car qui osera mettre son poing dans la figure du patron qui l’exploite ? Et qui osera donner sa démission dans une situation économique incertaine ?

Biologiquement parlant le stress est la réponse de l’organisme pour maintenir l’équilibre biologique dans un état fonctionnel. Mais le stress a souvent une connotation négative parce que les gens l’associent à la peur ou à la colère qui sont des émotions qui nous perturbent.

Cependant, tout changement peut être cause de stress : un voyage, un changement climatique, un événement professionnel, familial ou sentimental, ou encore un changement corporel comme à l’adolescence ou à la ménopause. Sur l’échelle de Richter du stress, un mariage se situe presque à la même hauteur que la perte d’emploi. Une grande joie, un grand succès peuvent ainsi également provoquer des réactions physiologiques.

Il y a donc deux types de stress : le stress aidant, bénéfique pour l’organisme et le stress nuisible, gênant.  L’histoire du terme stress entretient donc une confusion entre causes et effets, impact positif ou négatif.

 (à suivre)

 

16:33 Publié dans Santé | Tags : stress | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.