UA-70828429-1 UA-70828429-1

13/02/2015

Les facteurs de santé naturels

hippocrate_ws1026977795.jpgQuand quelqu’un désire la santé, il faut d’abord lui demander s’il est prêt à supprimer les causes de sa maladie. Alors seulement est-il possible de l’aider. (Hippocrate)                                                        

Si on est stressé, fatigué, on laisse la porte ouverte aux infections de toute sorte. En plus le moral intervient directement sur les capacités de notre corps à trouver les réponses nécessaires. Bien que nos “données de bases” soient différentes pour chacun d’entre nous, les facteurs naturels de santé peuvent contribuer à renforcer notre terrain et nous aider à mieux résister au stress ou à d’autres contraintes environnementales. Nous sommes malades parce que nos défenses immunitaires sont tombées. Quoi de plus naturels alors que de vouloir les renforcer ? Puisque tout est interconnecté, en travaillant sur l’ensemble, les parties elles-mêmes se remettront en harmonie.  


Parmi les facteurs naturels de santé on peut énumérer l’oxygénation, l’eau, une nourriture saine et équilibrée, l’élimination, le mouvement, le repos, les relations avec autrui, le fait d’avoir des objectifs à atteindre, un but de vie, la gestion de ses besoins, etc. Tous ces facteurs jouent un rôle autant physique que psychique qui peut perturber ou favoriser l’homéostasie de notre organisme et nous aider à mieux supporter le stress.

La plupart d’entre eux contribue notamment à l’équilibre entre les acides et les bases présents dans notre corps tandis que le surmenage, le stress et le manque de sommeil augmentent le taux d’acidité. Maintenant il faut savoir que toute perte d’équilibre nous éloigne de la santé et engendre des troubles organiques. Alors il n’est pas étonnant que l’équilibre acido-basique soit un des grands chevaux de bataille de la naturopathie.

L’unité de mesure de l’équilibre acido-basique est le pH qui va de 0 à 14. La neutralité se situe entre 6.8 et 7.4. En-dessous c’est acide, au-dessus c’est alcalin. Un terrain sain du point de vue de son pH est légèrement alcalin. On détermine le pH urinaire à l’aide de bandelettes de papier imprégnées de réactifs. La couleur du papier change en fonction du degré d’acidité.  Idéalement le pH de l’urine se situe autour de 7-7.4 avant le repas de midi et autour de 6.8 le soir avant le repas ou le coucher. Le premier jet du matin doit impérativement être acide. Si le pH d’urine est plus alcalin le matin que la veille au soir, cela signifie qu’on n’élimine pas correctement.

Le déséquilibre acido-basique est souvent causé par une mauvaise alimentation : trop de viandes, de graisses, de sucres raffinés, etc. au dépit d’une alimentation basique (salades, crudités, légumes, etc.).  Les aliments sont classés comme acidifiants ou alcalinisants selon la réaction qu’ils entraînent dans l’organisme. Les acides finissent par irriter et enflammer les tissus et blesser les muqueuses. Afin de neutraliser l’attaque des acides, le corps va puiser dans ses tissus pour obtenir les bases nécessaires à sa défense : le calcium, le sodium, le potassium, le magnésium, le cuivre, le fer, le manganèse, etc. Ces pertes minérales vont entraver le travail de tous les organes et affaiblir les défenses immunitaires, provoquant à la longue des inflammations des articulations (rhumatismes, arthrites, arthroses, etc.), des douleurs migrantes, des infections à répétition, une baisse d’énergie chronique, de la frilosité et une difficulté à récupérer, éventuellement aussi une tendance dépressive et de la nervosité.

On comprendra donc mieux l’importance de contrebalancer l’acidification causé par le stress par des moyens naturels.

(à suivre)

 

Les commentaires sont fermés.