UA-70828429-1 UA-70828429-1

27/02/2015

Les différentes manifestations du stress

stressNous sommes souvent inconscients du stress vécu, tout semble aller bien, d’autant que le stress est sournois : il se manifeste progressivement nous laissant le temps de nous y habituer, sans remarquer les conditions de travail de plus en plus stressantes. Cette dynamique est dangereuse et peut mener droit dans le mur. Un moment donné le corps finira par dire “non”, et nous avons tout intérêt à l’écouter avant de développer des symptômes plus dangereux encore.

Le stress d’origine physiologique se compare à une source d’énergie (il rend plus alerte, plus fort et plus rapide) tandis que le stress psychologique est plutôt une source d’apathie (il rend plus indolent, plus faible et plus lent).Le stress psychologique se manifeste surtout au niveau de la vulnérabilité. Il provoque des émotions excessives dont le doute, la préoccupation et la tension.


Les conséquences physiques et physiologiques du stress sont assez bien connues : des douleurs gastriques ou musculaires, des engourdissements ou étourdissements, des infections urinaires ou visuelles, des maux de tête, de l’arythmie cardiaque ou des palpitations démesurées, une impression brutale de fatigue ou une lassitude permanente avec impossibilité de détente ou de sommeil. Beaucoup de maladies de la peau ont également leurs origines dans le stress : avec l’effet de vasoconstriction des capillaires la peau se détériore, se dessèche ou se congestionne. Elle va ainsi ouvrir la porte aux microbes qui vont profiter de la baisse du système de défense pour attaquer les tissus.

Du côté intellectuel, le stress diminue notre capacité à résoudre les problèmes. Il donne lieu à des oublis fréquents, une déformation de la pensée, une tension nerveuse, la perte de patience, de la difficulté à accomplir les tâches habituelles et une utilisation faible des moyens de défense. L’individu est incapable de se concentrer et a le sentiment que quelque chose ne tourne pas rond.

Puis surviennent des changements comportementaux, entrainant souvent une agressivité physique ou verbale. L’individu se désintéresse de son emploi du temps, l’absentéisme au travail augmente et il peut y avoir une fuite devant les activités ou initiatives. Petit à petit la personne va vers une désorganisation générale, plus de difficultés dans les relations, une tendance à s’isoler, l’abus de la télévision, une consommation accrue de tabac, de caféine, sucre, chocolat, alcool voire même de drogues et un évitement des situations exigeantes. L’individu devient irritable, se comporte de façon irrationnelle et peut développer une conduite compulsive ou à risque. Il se contrarie pour tout et pour rien, devient soupçonneux, intolérant et ne supporte plus le bruit. Il fait preuve de pessimisme et devient négatif dans ses réactions, souvent accompagné d’une dépréciation de soi-même. A ce stade, la dépression et le burn-out deviennent des menaces concrètes.

D’un autre côté, il  y a une croissance considérable d’angoisse ou d’anxiété, de nervosité, d’agitation, d’incertitude ou d’inquiétude face à des choix à faire. Souvent la personne peut se sentir abandonnée ou rejetée. Elle sera également minée par un manque de joie, de la mélancolie et une faible estime de soi.

La communication en couple ou en famille devient graduellement plus difficile, souvent accompagnée d’isolement ou de ressentiment volontaire.  Les sentiments affectifs se refroidissent ou tiédissent et il apparaît un manque d’intérêt ou d’intimité dans les relations sociales. La liste des changements négatifs est sans fin.

 

11:51 Publié dans Santé | Tags : stress | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.