UA-70828429-1 UA-70828429-1

23/02/2015

Ma mère

famillePetit week-end en Allemagne pour faire un coucou à mon papa.  Pour une fois je pars en train.  L'idée initiale avait été de profiter des huit heures de trajets pour réviser pour mes examens en mars.  Mais entre Yverdon et Bâle le wagon secouce à me donner la nausée, alors je profite pour fermer les yeux et rêver, la tête contre la fenêtre ensoleillée.  C’est délicieux ! 


Des souvenirs régurgissent de tous parts.  Je me rappelle du trajet il y a 22 an qui m'a amené au dernier rendez-vous avec ma mère.  Elle venait de fêter ses 55 ans.  Parfois je vois des mères d’autres personnes de mon âge et je les trouve vieilles avec leurs cheveux gris et leurs rides.  Ma mère aurait eu 76 ans cette année et ne serait plus non plus de première jeunesse.  Seulement voilà, dans ma tête son image s’est figée à 55 ans.  Après cela il n’y a plus de repères.  Moi-même j’aurais 55 ans dans quelques semaines.  Je pense à elle, à nos différents, mais aussi aux bons moments passés ensemble. 

Je suis en train de lire un livre de coaching qui traite de notre saboteur, vous savez, cette petite voix dans la tête qui nous veut rarement du bien, même si c’est ce qu’elle voudrait nous faire croire.  L’auteur propose de faire un exercice par rapport à nos croyances.  Il faut faire une liste des caractéristiques du parent du même sexe.  Me prêtant au jeu je remplis la dizaine de lignes requise.  Ensuite il faut revoir la liste par rapport à soi-même. Je ne suis pas étonnée de retrouver 9 des 10 des caractéristiques également chez moi.

Je sais que je ressemble beaucoup à ma mère, et pas que physiquement… Quand j’étais adolescente, puis jeune femme, je ne voulais pas être comme elle.  Je mettais mon père sur un piédestal et étais en lutte avec ma mère.  Ou dois-je dire en concurrence ?  Peut-être il y a quelque chose comme ça.  Je me rappelle d'une semaine de vacances passées entre mère et fille à Ténériffe.  J'avais 25 ans et ma mère 47.  C'était une très belle femme et on s'est fait draguer toutes les deux.  "Ah, vous êtes sœurs?"  Le coup classique quoi.  Je trouvais absolument normale qu'on me drague moi, mais ma mère????  Hors de question!  Je me rappelle de lui avoir fait une scène de jalousie pas possible dont je ne suis pas très fière aujourd'hui.

Je croyais bien la connaître.  Quand même, c'était ma mère!  A son enterrement il y avait énormément de monde.  Elle était très appréciée dans la ville.  Les gens venaient nous faire leurs condoléances et parlaient d'elle.  C'est alors que je me suis rendu compte que je ne connaissait que quelques facettes de cette femme extraordinaire.  Chaque personne contribuait un peu plus au puzzle de sa vie et j'ai compris que jamais on ne connaîtra une personne entièrement, aussi proche puisse-t-elle être de nous.

Aujourd'hui je me sens en paix par rapport à ma mère et je lui suis reconnaissante de toutes ces belles qualités qu'elle m'a léguées.  Quant aux moins bonnes, c'est à moi de les dépasser ou les transformer. 


14:10 Publié dans Humeur | Tags : famille | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.