UA-70828429-1 UA-70828429-1

24/02/2015

Souvenirs, souvenirs...

Andernach_Bäckerjungenbrunnen.jpgQuand les jambes sont courtes le monde est grand.  Je me rappelle qu'on prenait le bac pour traverser le Rhin.  Je demandais alors en toute innocence à mes parents si de l'autre côté du fleuve c'était encore l'Allemagne.  Ma ville natale était le centre de ma vie et de mon monde.  Mes parents possédaient un commerce au centre-ville qui faisait encore honneur à ce nom.  Aujourd'hui  le centre se vide de plus en plus au profit des centres commerciaux de la périphérie. Les petits commerces peinent à se maintenir.  Les rues sont vides.


SPR_Essbare_Stadt_Andernach_Speiseraeume-6-1.jpgJe veux acheter un cadeau d'anniversaire pour ma nièce et parcours la ville avec mes longues jambes d'adulte. Le tour est vite fait. Je longe les ruines du château avec les nouveaux jardins potagers de la ville qui ont fait la une des journaux. Dans mon temps il y avait plein de broussaille et je m'y cachais avec mon premier petit ami pour des bisous à l'abris des regards indiscrets

Le chemin me mène vers la maison de ma grand-mère chérie qui gardait mes frères et moi pendant tous les après-midis.  Les maisons n'ont pas changées.  Je retrouve des repères et des souvenirs.  Plus ou moins agréables.  Voici les pompes funèbres.  "Avec ou sans dentelle?  En chêne ou en sapin?"  Quelle idée de devoir choisir les accessoires d'un cercueil quand le cœur est lourd comme une pierre... 

Je passe devant la ruelle de ma grand-mère.  Sa maison a été vendue il y a plus de 30 ans et je n'ai pas envie de passer devant.  Les souvenirs restent intacts dans mon cœur.  Voici le premier pub que j'ai fréquenté à 16 ans.  Il paraît qu'on y vendait de la drogue.  Avec mes copines on n'a jamais rien vu.  Nous étions tellement innocentes... 

Adolescents nous avions un local sous l'église, le "club de la cave".  La seule condition du était de ne pas faire de bruit pendant la messe.  Sinon nous étions libres de faire ce que nous voulions.  Nous y passions tous les samedi après-midi à écouter de la musique, danser et discuter.  Le nec plus ultra était qu'un des garçons nous emmène sur sa mobylette acheter une barquette de frites avec du ketchup et de la mayonnaise. 

C'étaient de belles années, riches en amitiés et plaisirs simples.  Mais elles appartiennent au passé.  Ma vie est maintenant ailleurs et je ne voudrais plus y retourner...


Commentaires

Ja,ja,quand nous etions jeune......

Écrit par : Sylvia | 27/02/2015

Les commentaires sont fermés.