UA-70828429-1 UA-70828429-1

30/03/2015

L'histoire de Jephté

concertC'est incroyable le nombre de concerts et de manifestations culturelles qu'il peut y avoir chaque année autour de Pâques à Genève...

En voilà une qui s'inscrit dans la méditiation musicale du  Vendredi Saint au Temple des Eaux-Vives : L'historia di Jephté" de Giacomo Carissimi, un des plus éminents compositeurs du Baroque. Vingt-cinq minutes de musique et chant, mise en scène par Francesca Giarini-Dalhen, avec l'ensemble instrumental Aqua Viva et l'ensemble vocal des Musiciens de l'atelier. Direction musicale, clavecin et orgue Norberto Broggini.


Vous avez certainement déjà entendu parler de cette histoire : Jephté, un des Juges d'Israël dans le livre des Juges de la Bible, part à la guerre contre les Ammonites. Pour s'assurer du soutien de Dieu il fait le voeu de donner en holocauste la première personne qui viendra à sa rencontre à son retour. A son grand malheur ce sera sa fille qui le rejoint en dansant au son des cymbales et tambours pour fêter sa victoire. Dans sa joie elle ne comprend pas tout de suite la consternation et la douleur de son père. Puis elle demande deux mois de sursis pour aller pleurer sa virginité dans les montagnes.

Il y a deux interprétations différentes de l'issue finale de cette oeuvre : la plus virulente veut que la fille de Jephté fut immolée par le feu après les deux mois. La deuxième version est plus douce dans son interprétation. La Loi mosaïque stipulait en ces temps que des personnes pourraient vouer leur vie à Dieu, par exemple en servant à plein temps au temple. Quand la fille part pleurer sa virginité elle pleurait donc le fait de ne jamais avoir de descendance.

Quoi qu'il en soit, la musique de cette oeuvre est très belle.  Si vous avez envie d'une heure de meditation le Vendredi Saint, je vous invite donc à venir l'écouter au Temple des Eaux-Vives à15 heures.

 

 

 

15:41 Publié dans Culture | Tags : concert | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.