UA-70828429-1 UA-70828429-1

06/04/2015

Vive le rangement!

Enfin une journée de libre sans le moindre engagement. Et moi, qu'est-ce que je fais (à part ma délicieuse grasse matinée)? Je commence à ranger mes armoires... Quand même, faut le faire un lundi de Pâques!


rangementMais en fait, j'aime ranger. Pas la routine frustrante de tous les jours où il faut à chaque fois recommencer à zéro. Quand j'était petite j'aidais mes parents qui avaient une boutique. Le lundi on commençait à dépoussiérer dans un coin et on avançait péniblement jusqu'au vendredi soir quand tout était fini. Puis lundi matin rebelote pour commencer au même coin que la semaine précédente. Ah non, pas ça!

Moi j'aime donner un gros coup pour faire table rase et tout remettre ensuite en ordre. C'est en quelque sorte l'ordre qui naît du chaos. Mais alors quel chaos! Généralement je sors tout ce qu'il y a dans les étagères et armoires. Puis, devant le vide, je laisse libre cours à ma créativité pour réarranger le tout. Cela peut aller loin. Une fois j'avais proposé mon aide à un ami pour ranger son bureau. Pour finir on a tout repeint, changer les meubles d'un coin à l'autre, tout réarrangé. Après un tel effort je suis généralement fatiguée mais tellement heureuse!

Aujourd'hui c'était quand même moins radical. Je me suis contenté de virer deux grands sacs de chaussures et quelques vêtements. Pourquoi tant de chaussures? Et bien, un des caprices de la nature est que notre corps se transforme avec l'âge, rarement dans le bon sens. Chez moi ce sont les pieds qui ont décidés de s'allonger de deux pointures. Alors à part des chaussures ouvertes je n'arrive plus à mettre mes anciennes chaussures.

En fait, les chaussures et moi, cela a déjà commencé à l'âge de huit ans quand je faisais déjà du 38. Ma mère paniquait à l'idée où cela allait finir, mais fut heureusement rassurée par un podologue. En fait, je me suis arrêtée au 40, qui est aujourd'hui une taille assez standard. Mais à l'époque et à l'âge de huit ans ce ne l'était nullement. Pour ma mère c'était hors de question que je mette des chaussures de femme. Donc il ne me restait que les chaussures de garçon. Pas très seyant... D'un autre côté, cela a protégé mes "petits pieds" de bien de malformations que la chaussure féminine peut infliger aux pieds.

Aujourd'hui je me retrouve donc avec un imposant 42 et le rêve d'une jolie chaussure de printemps qui puisse bien aller à mon pied sans avoir l'air d'une péniche...

 





Commentaires

L'idéal serait pour moi que les objets se rangent tout seuls...
:-)

Écrit par : hommelibre | 07/04/2015

Les commentaires sont fermés.