UA-70828429-1 UA-70828429-1

09/04/2015

Quand les décideurs s'inspirent des moines

9782100572588.jpgQu'est-ce que moines et décideurs peuvent bien avoir en commun? En fait, plus qu'on ne le pense! En tout cas d'après le livre du même titre de Sébastien Henry. L'approche est intéressante. Pourquoi est-ce que nos chefs d'entrprise n'auraient pas également des aspirations spirituelles? Notre monde ne se porterait certainement pas plus mal!

L'auteur a été manager lui-même, puis codirigeant d'une entreprise en Chine et au Japon. Dans son livre il se réfère surtout à la tradition bénédictine et du bouddhisme zen et tire de multiples parallèles. D'après lui la vie monastique n'est pas aussi différente qu'elle y paraît du quotidien d'un dirigeant, en particulier la vie de chef de communauté.  Il y a des principes essentiels qui sont partout présents : la vie en communauté, la solitude et le silence, la prière ou la méditation, l'étude des textes sacrés, l'amour, la stabilité, l'obéissance, l'hospitalité et la pauvreté.


vignette_031.pngL'auteur propose comme premier exercice de réfléchir à sa propre définition de succès. Bien sûr pour un chef d'entreprise il y a les incontournables : croissance saine de l'entreprise, profitabilité, image de marque, etc.  Pour les moines, par contre, il s'agit de paix intérieure, de joie et de sérénité. Et si on combinait les deux aspirations en une seule?  C'est alors une autre dimension de la vie du décideur qui apparaît et qui me fait rêver d'un monde meilleur.

Un autre facteur important est l'apport d'énergie dans nos activités : ce qui nous procure du sens tend également à nous remplir d'énergie positive. Quelles sont les activités qui vous remplissent le plus d'énergie et combien de temps par jour y consacrez-vous?

Dans un monastère, le rôle du chef spirituel est de veiller au développement de chacun de ses membres, de les aider à progresser dans leurs démarches réciproques. Que se passerait-il si nos dirigeants prenaient également la progression de chacun de leurs collaborateurs à cœur en donnant la priorité à l'utilisation optimale des ressources de chaque personne? On pense souvent que le coaching est destiné aux personnes qui ont des déficits. Et si on ciblait plutôt les personnes à haut potentiel pour les faire progresser vers l'excellence et libérer leur potentiel en créativité? N'est-ce pas tentant????  Comme dit le proverbe : "Si l'on cherche à améliorer une faiblesse, on arrive juste à être moins mauvais. Si l'on cultive un talent, on atteint l'excéllence."

L'auteur propose également aux dirigeants de se poser quelques questions essentielles, comme par exemple : "Quel est le sens de ma vie en tant que dirigeant ou manager? Est-ce que je mène vraiment ma vie en harmonie avec mes valeurs? Quelle est la vrai finalité de ma recherché de sens?"

thCACBBEDQ.jpgDécideur ou pas, ce sont des questions qui nous touchent tous et nous feront bien de nous les poser régulièrement...

En attendant je continue de rêver d'un monde où règne le partage et l'entraide, oû chacun progresse à son rythme et dans la joie, et où tous progressent ensemble! 

Bonne journée

 

Les commentaires sont fermés.