UA-70828429-1 UA-70828429-1

13/04/2015

Happy New Year

cambodgeAujourd'hui commence le nouvel an Khmer qui sera célébré pendant trois jours. C'est toujours un moment joyeux où les familles se retrouvent pour faire la fête.  On s'offre des vêtements et on fait des jeux. Mais cette semaine sera également le 50e anniversaire de la prise de pouvoir des Khmers rouges.  Le 17 avril 1975 les Khmers Rouges entrent à Phnom Penh. Pol Pot soumet le pays à un régime de terreur qui fera quelque deux millions de morts.  C'est un anniversaire sombre et lourd de souvenirs.


Il y a 50 ans le Cambodge était un pays prosper.  Le système medical était bien développé et très en avance sur les pays voisins, la jeunesse était aussi branchée qu'en Europe.  Dès sa prise du pouvoir "l'Angkar" (organisation) des Khmers rouges applique alors une politique plus extrémiste encore que celle des Soviétiques et des maoïstes.  Sous les acclamations des communistes européens, Pol Pot et ses disciples visent à purifier le pays de la civilisation urbaine et bourgeoise pour un retour aux "vrais valeurs" d'une civilisation agricole. Dans la nuit du 17 au 18 avril 1975, Phnom Penh et toutes les autres villes sont vidées de leurs habitants, qui seront envoyés en rééducation dans les campagnes, loin de leurs racines.

Le régime des Khmers rouge causera un massacre de masse de la population.  En total on compte quelque 1,7 million de victimes directes et indirectes. Chaque personne sortant du cadre, par exemple parce qu'elle parle une langue étrangère ou parce qu'elle porte des lunettes, sera suspecte et traquée sans merci. Le pays sera truffé de mines antipersonnelles qui continueront  leur massacre jusqu'à dans les années 2000.

Aujourd'hui le pays ne s'est toujours pas entièrement remis de cette catastrophe, mais la jeunesse a une grosse envie de faire pareil que leurs voisins thaîlandais, chinois ou coréen. Chacun rêve de son smartphone et de sa voiture. Les valeurs traditionnelles sont encore présentes mais se perdent avec l'exode vers les grandes villes. J'espère qu'ils ne jetteront pas tout à la poubelle! Mais quel acte de funambule délicat pour trouver le bon chemin entre progrès et maintien des valeurs traditionnelles..

J'ai laissé mon coeur dans ce magnifique pays pleins de paradoxes, entre sourire et cruauté, entre l'ancien et le nouveau.  Ses habitants me touchent et je les admire pour leur joie de vivre malgré toutes les circonstances difficiles. Bonne année de la chèvre à tous ses habitants, qu'elle leur apporte paix, amelioration de la justice sociale et un progrès qui ne soit pas au detriment de l'humain.

 

  

 

 

 

15:19 Publié dans Air du temps | Tags : cambodge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.