UA-70828429-1 UA-70828429-1

23/04/2015

Quand le corps nous parle

langageHier j'ai participé à une journée de perfectionnement en coaching.  La journée était consacrée à un travail sur l'intuition.  Un des exercices était intitulé "coaching du corps" : coach et coaché sont assis tout près l'un de l'autre avec des parties du corps qui se touchent.  Le coaché expose sa question, puis les deux parties se taisent pour écouter ce que le corps a à dire. 

Avec mon partenaire nous avions choisi le contact par les bras.  Après avoir exposé ma question je sentais l'énergie passer du sien au mien et vice versa.  Ce fut un échange d'informations incroyable qui m'apaisait dans mon questionnement, tout autant que le fait de respirer à l'unisson avec l'autre personne, de me sentir connectée, entendue.  Puis c'est ma voix intérieure qui se mettait à me parler pour me prodiguer des réponses.  A ce moment j'aurai pu me passer des commentaires de mon partenaire car il me semblait que tout était dit.  Mais ses observations, les images qui lui étaient venues et son  proper ressenti m'ont permis de rajouter encore une couche à ma nouvelle compréhension.  C'était juste magique.


langageAu debriefing un des collègues nous a parlé d'une expérience récente très douloureuse liée à un décès dans sa famille.  Il avait reçu beaucoup de messages de soutien, et souvent les gens écrivaient ou disaient qu'ils leur manquait les mots.  Ces manifestations pourtant bien intetionnées ne l'ont ni marqué ni aidé.  Ce qu'il a retenu et ce qu'il l'a vraiment recomforté étaient les contacts physiques : l'accolade, une poignée de mains, etc. 

Ceci a soulevé bien des questionnements en moi.  Dans le développement de notre espèce le contact physique a été prédominant pendant très longtemps.  Le langage ne s'est rajouté que beaucoup plus tard.  Pourtant il me semble qu'aujourd'hui on nous demande de mettre des mots sur tout.  Tout doit être disséqué, expliqué, détaillé. Et pourtant le langage reste incomplete et frustrant par rapport à nos émotions profondes.

Parfois nous avons encore ces gestes intuitifs physiques : prendre un enfant dans les bras pour le consoler sans mots, serrer la main de quelqu'un comme signe de soutien, taper dans l'épaule de l'autre pour l'encourager.  A certains moments, avec les êtres qui nous sommes proches, nous avons l'impression de les comprendre sans mots.  Le courant passe et les mêmes idée résurgissent en meme temps.  C'est que nous vibrons à l'unisson. 

Combien de personnes souffrent parce qu'elles n'arrivent pas à mettre les bons mots sur leurs sentiments?  Elles se sentent maladroites et mal comprises.  Si alors on laissait à nouveau parler nos corps, ou plutôt si on les écoutait d'avantage. Que se passerait-il? 

 

 

 

Commentaires

Comment vous dire, Madame, à quel point on partage votre enthousiasme.

Malheur apporté à ceux qui questionnent sans recevoir de réponses par des êtres fuyants, "débordés", etc.

L'intuition qui s'exerce notamment en se concentrant intérieurement sur la partie de notre cerveau correspondant à l'hypophyse sous l'hypothalamus peut apporter, éclairer passablement, certes, mais hélas! en aucun cas, ce que votre coach aura tenu à souligner, "tout" révéler voire permettre de comprendre.
Rien ne remplace le contact, les réponses à nos questions, la sincérité, la bonne foi que l'on ne peut, hélas, imposer.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/04/2015

Les commentaires sont fermés.