UA-70828429-1 UA-70828429-1

13/06/2015

En route

coquelicots.jpgPetit aller-retour en Allemagne pour aider mon papa à souffler un nombre considérable de bougies sur son gâteau d’anniversaire imaginaire.  J’ai le choix entre le train, bondé de monde et en retard s’il n’est pas en grève, ou les bouchons en voiture.  Cette fois-ci j’opte pour la voiture qui me permet d’acheter plus de choses dont je n’ai pas besoin mais qui sont tellement bon marchés en Allemagne.  Lors de ma dernière visite j’avais été freiné dans mon shopping par la limitation de ma petite valise… 

 

 


Pendant que ma voiture s’enfile les kilomètres en allant vers le nord, j’admire les couleurs de l’été : un camaïeu de bleu et de vert entre ciel, montagnes et champs, de blanc et de jaune entre nuages et herbes secs, avec les tâches rouges joyeuses des coquelicots au bord de la route et les toits des maisons.  J’adore les coquelicots!  Mais comme les lilas, c’est préférable de les admirer là où ils poussent, de respecter leur liberté au lieu de les enfermer dans un vase et les voir périr en quelques heures seulement.

Je déteste rouler sur les autoroutes allemandes.  C’est beaucoup trop stressant de naviguer entre les files continues des camions de toute l’Europe et les voitures qui roulent à 200 km/heure.  Sans oublier les convois de camping-cars de nos voisins hollandais en été.  Vivement les autoroutes suisses et françaises avec leurs limitations de vitesse si agréables!  En tout cas pour moi.  En me dirigeant vers le nord je passe par l’Alsace où il y a nettement moins de trafic.  Quoi que…  J’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de camions qui font le même choix que moi.  Mais c’est toujours mieux que de l’autre côté du Rhin sur l’A5 avec ses bouchons garantis.

travaux.jpgEt que sera l’autoroute en été sans les chantiers qui s’enfilent comme des perles sur un collier.  Heureux les conducteurs qui ont de la clim dans leur voiture !  Armez-vous de patience et faites les pauses pipi stratégiques afin de ne pas vous trouver coincé dans un bouchon.  Cela m’est déjà arrivé.  Depuis je prends mes précautions.  Et tant pis si le trajet se rallonge en temps!

 

Je vois mon papa à peu près quatre fois dans l’année.  De visite en visite je peux constater comment la vieillesse gagne du terrain.  Elle grignote les neurones et rabote la taille jadis respectable.  Ce coup-ci mon père flotte dans ses vêtements.  Il a perdu une taille.  Ce sera l’occasion de lui offrir quelques nouvelles chemises.  Chouette!  Enfin une idée de cadeau qui sort des bouteilles de vin habituelles.

 

Quand j’étais plus jeune je ne comprenais pas quand mes parents disaient qu’ils ne voulaient pas de cadeaux, que cela leur suffisait que je vienne.  Aujourd’hui c’est pareil pour moi.  La maison est pleine, j’ai tout ce qu’il me faut.  S’il-vous-plaît, ne m’encombrez pas avec des choses dont je n’ai pas besoin.  Juste du consommable : une bouteille de vin, de la confiture faite maison, du chocolat – ce genre de cadeau me fait toujours plaisir.

 

Bon, je vous laisse.  Le shopping avec ma belle-sœur m’attend.  Il faut bien que j’achète ces chemises pour mon papa, non ?...

Les commentaires sont fermés.