UA-70828429-1 UA-70828429-1

15/08/2015

Faire son marché

marchéJ'ai toujours aimé les marchés.  Aussi et encore plus quand je suis à l'étranger.  J'adore m'imprégner de toutes ces odeurs et couleurs qui sont comme une porte vers un nouveau monde et qui m'aident à mieux comprendre le pays et ses habitants.

Mais même quand je suis ici mon petit plaisir personnel est d'aller faire le marché le samedi matin.  Je remplis mon caddy de tous ces bons fruits et légumes frais, puis je fais le tour du marché pour trouver une victime consentante pour boire un petit café ou un chocolat chaud, selon la saison.  C'est ainsi que les semaines passent rythmées entre le travail et le week-end.  Mais aujourd'hui la chance ne m'a pas souris.  Toutes les copines semblent être en vacances.  Tant pis, j'irai boire mon petit café toute seule.


Cette année le travail a pris le dessus et je n'ai pas pu partir en vacances.  Ce n'est pas grave, il faut juste se programmer mentalement.  Mes parents possédaient un commerce et après leur voyage de noce ils ont dû attendre 17 ans avant de pouvoir partir pour une petite semaine.  La boutique était ouverte de 8h30 à 18h30 et sans pause midi du lundi au vendredi, et le samedi de 8h30 à 13h00.  Une entreprise familiale où on se relayait pour manger.  C'est là que j'ai pris la mauvaise habitude d'avaler mon repas...

"Le client est roi" - telle était la devise.  Aujourd'hui je me demande parfois si les commerçants se rappellent encore de cette règle.  Tenez, dans ma petite ville nous avons trois boulangeries.  Et bien ils ont réussi de tous prendre leurs vacances en même temps. Vous trouvez ça normal, vous?  Et après ils râlent si les gens vont acheter leur pain en grande surface.  Faudrait savoir ce qu'ils veulent... Ou bien il y a des bistrots où on vous fait bien comprendre que vous dérangez.  Pfff, encore un client.  Pardon?  C'est moi qui viens dépenser mon argent et on me fait la tête?  Parfois je m'étonne sérieusement.

20150815_121938.jpgMais revenons à mon marché.  C'est intéressant comme les marchandises et les couleurs changent au gré des saisons.  Au printemps nous avons le blanc et le vert des asperges, avec le rouge lumineux des fraises et le jaune clair les délicieuses pommes de terre nouvelles.  Puis le rouge foncé des cerises, le jaune-vert des melons et toutes les couleurs vives de l'été : tomates, poivrons, aubergines, abricots, framboises, myrtilles, groseilles rouges, pêches, nectarines...  La palette est aussi large pour les yeux que pour le palais.  Puis arrivent les poires et prunes, mirabelles et figues, les premiers raisins et les champignons.  Les pommes juteuses ne tarderont pas non plus et je les attends déjà avec impatience.

Mais - horreur, malheur - depuis une semaine je vois déjà des potimarrons sur quelques étalages. Oh non, cela sonne le glas à l'été.  Mais je refuse d'en acheter maintenant.  Bien que le 15 août constitue toujours un tournant dans notre climat ici, l'été n'est pas encore finis!

 

13:18 Publié dans Air du temps | Tags : marché | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.