UA-70828429-1 UA-70828429-1

04/10/2015

Les couleurs de l'automne

automneBalade dominicale à travers la campagne Genevoise.  Le mois d'octobre porte si bien son nom d' « octobre doré » - enfin, quand il fait beau comme ces derniers jours.  La lumière est douce et un peu mélancolique.  Peut-être à cause du raccourcissement des journées.  Qui sait...

Sous un ciel d’un bleu immaculé il fait bon au soleil.  Mais un petit vent frais me confirme vite que j’ai bien fait d’avoir prévu une petite laine pour les passages à l’ombre où il fait cru.  L’odeur un peu humide de la terre labourée et prête pour l'hiver remplis mes narines.  Quelques feuilles sèchent se tassent et meurent dans un dernier crissement étouffé sous mes bottines.  C’est l’automne dans toute sa splendeur!


automneJe marche à travers champs déserts et forêts et admire la palette des couleurs de l’automne : rouge, jaune, vert, brun, beige.  Elles sont moins tendres que celles du printemps et moins vives que celles de l'été.  C'est le flamboyant de la dernière danse, quand on sait que l'orchestre va bientôt ranger ses instruments.  Alors on concentre tout son énergie encore une dernière fois avant de rentrer chez soi, tirer la couverture jusqu'au menton et de s'endormir fatigué et satisfait de la journée,  Demain on pourra se reposer du devoir accompli.

Les arbres me saluent du haut de leurs couronnes dorées, piquées de rubis écarlates.  Un énorme champignon jaune, d'un pliée étrange comme un millefeuille, a élu domicile dans la fente du tronc d'un vieux chêne.  Dans son voisinage, un champ de tournesols dans un brun-gris terne.  Finis le temps joyeux de l'éclat jaune de leur pétales.  Le soleil ne leur fait plus tourner la tête qui maintenant fait penser plutôt aux yeux multifacettes et énormes d'une mouche.  Cernée d'une couronne de pétales recroquevillés, Madame tournesol incline sa tête démesurée avec humilité devant son déclin.  Un peu plus loin, le champ de maïs ne fait pas meilleure figure.  Dans un mélange de vert, beige, gris et brun les tiges raides se vident de leur énergie et attendent sans se révolter qu'on vienne les faucher.

automnePar terre je trouve un marron  Il paraît que c'est bon contre le rhumatisme d'en avoir dans une poche.  Mais ce n'est pas pour cela que je le glisse dans ma veste.  J'adore le toucher, le sentir rond, doux et lisse dans ma main.  Petite j'en ramassais des sacs entiers pour en faire des petits hérissons, bonhommes et d'autres bricolages.  Quand mon fils avait le même âge, on a fait pareil et apporté le sac à l'école, croyant bien faire.  Mais la maîtresse n'avait rien à faire de nos marrons.  Dommage!

Plus loin encore, des rangés de vignes, dépouillées de leur raisin savoureux qui mature maintenant dans quelque fut, forment une haie d’honneur au Mont Blanc qui nous salue du loin et nous souhaite un bon dimanche!

 

 


 

 

 


16:32 Publié dans Air du temps | Tags : automne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.