UA-70828429-1 UA-70828429-1

27/11/2015

Travail au ralenti

orphelinatComme prévu le réveil m'a sorti durement du peu de sommeil que j'avais pu trouver la nuit dernière.  En plus, juste au moment de sortir de la chambre, le courant s'arrête à nouveau.  Ce qui signifie pour moi la privation d'un petit café avant de partir.  Sniff sniff.

Les rues sont relativement vides ce matin.  Bon nombre de Phnom Penois ont dû quitter la ville pour rejoindre leurs familles en province pendant la fête des eaux.  Ou pour assister aux courses de bateau dans les autres villes.  Au bord de la route je m'étonne d'entendre de la belle musique : une femme relativement âgée et débout chante dans un microphone avec d'autres personnes autour d'elle.  Devant elle une boîte pour l'argent et des écriteaux en khmer.  De retour à l'hôtel je lis dans le journal que la ville a interdit aux personnes handicapées de chanter dans les rues  parce que "ce n'est pas esthétique."  Du coup, celles-ci ont entrepris des actions de protestation dans toute la ville car c'est avec leur musique qu'ils gagnent leur vie.  Moi je leur tire mon chapeau !


orphelinatA l'orphelinat ils sont un peu surpris de me voir.  Je serai la seule volontaire aujourd'hui et je suis heureuse d'être venu au moins pour la matinée.  Comme prévu, tous les enfants sont restés dans leurs chambres respectives.  Je commence donc ma journée par une tournée générale de couches propres.  Leur nouveau système de couches culottes cousues main est vraiment génial car le plastique à l'extérieur prévient mieux les fuites.  C'est pratique, confortable et joli à la fois.  A l'intérieur ils ajoutent des petits maillots pliés qui forment une couche douce et épaisse à la fois.  Fallait y penser!

orphelinatJe prends la petite Sokha malvoyante et nous allons faire un tour dehors.  Depuis l'année dernière elle a appris à marcher et maintenant elle est infatigable.  Et coquine à la fois.  Après la balade elle me vole une chaussure et part se promener avec.  Comme la chaussure est grande et lourde, elle a quand même un peu de peine à garder l'équilibre.  Pendant ce temps-là quelques mamans se prélassent dehors sur les nouveaux canapés.  C'est leur jour repos avec service minimal pour les enfants.

Dans la chambre plusieurs enfants toussent.  Je me questionne si c'est la tuberculose ou s'ils ont juste pris froid. Heureusement les médecins viendront faire des prélèvements chez tout le monde la semaine prochaine.  Comme ça au moins on sera fixé.  En attendant j'évite de me faire tousser dessus.

orphelinatAvec les changements dans l'orphelinat il n'y a maintenant plus que trois enfants de mon groupe dans la chambre numéro 6 : Somnang (apparemment malade, qui somnole dans son lit), Sokha et le petit Jeffrey.  Je connais en plus Meta, le petit Sey Ha souriant, et Srey Sour.  Ils vont dans l'autre groupe de jeu.  Srey Sour est nouvelle dans cette chambre.  Avant elle dormait dans la chambre numéro 7 qui est celle des filles.  Elle aussi adore marcher, bien que ses genoux tordus ne le lui permettent guère.  Mais après avoir fait un tour avec Sokha je lui dois bien la pareille.  Nous partons vers son ancienne chambre comme si elle voulait faire un petit coucou à ses copines.  Les mamans y ont installé une télé et tout le monde suit le dernier feuilleton.  Deux des filles me reconnaissent et me font des gros sourires, surtout Sammut qui dormait avant dans notre chambre et qui a l'âge de mon fils.

orphelinatNous continuons notre périple vers la chambre des garçons et je découvre le nouveau lit de Somkhan.  On le croirait enfermé dans une grande cage, mais ceux qui le connaissent savent qu'il est terriblement fort.  Il nous a déjà renversé des chaises roulantes avec enfant dedans.  Pas qu'il soit méchant pour autant.  Ce petit autiste aveugle ne sait juste pas quoi faire de sa force.  Donc, pour le protéger lui ainsi que ses camarades, c'est mieux de le garder en un endroit sûr pendant la nuit ou quand il n'y a personne.

Srey Sour est moyennement contente de retourner à notre chambre, mais je ne veux pas laisser les autres enfants seuls pendant trop longtemps.  Donc elle surveille le pas de la porte en jouant également avec mes chaussures.  Plus tard elle viendra se coucher parmi les garçons couchés sur le grand matelas.  Visiblement elle cherche le contact avec les autres, à les toucher ou partager un jouet. J'ai le loisir de l'observer pendant un bon moment.  Je ne la connaissais que de vu, et aujourd'hui elle me touche avec son côté sociable.

J'attrape deux des nouveaux bébés et les installe sous un portique de jouets.  Ils ont l'air contents  L'une est une petite fille, Cagna, facilement reconnaissable à ses boucles d'oreilles et son collier de fausses perles.  Apparemment elle a été abandonnée ainsi, et les mamans lui laissent son seul souvenir d'une autre vie.

orphelinatVers dix heures Touch Kong arrive avec la grosse marmite qui contient le mélange de riz et de protéines.  C'est tôt!  Généralement les enfants mangent seulement à onze heures.  Ou est-ce seulement leur déjeuner?  Décidemment, les jours fériés rien ne fonctionne comme les autres jours.  Elle me fait signer de nourrir Meta.  C'est la première fois que je lui donne à manger.  Au début cela se passe bien, puis il commence à faire des caprices.  Il a un joli rire, et je ne suis pas sûre du tout s'il se moque de moi ou s'il n'a plus faim.  L'avantage de s'occuper toujours des mêmes enfants est au moins qu'on connaisse leurs particularités.  Finalement cela nous prend une heure et demie pour nourrir toute la petite bande.  J'en déduis donc que c'était bel et bien leur déjeuner.

Encore quelques petits câlins et la journée est terminée pour moi. Monsieur Tom m'attend au portail.  Au revoir les petits et à lundi!

 

 

10:06 Publié dans Cambodge | Tags : orphelinat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.