UA-70828429-1 UA-70828429-1

10/12/2015

Jour J moins deux

orphelinatCela commence à m'embêter sérieusement quand les gens me demandent maintenant quand je repars.  S'il-vous-plaît, arrêtez de retourner le couteau dans la plaie!  Trois semaines semblent beaucoup, mais le temps a passé comme un éclair et je n'ai pas envie de partir.  Pas déjà! 

Surprise, surprise - aujourd'hui était à nouveau un jour férié, bien que je ne sache pas lequel.  Peut-être la journée des droits de l'homme...  Pourtant le cortège a été interdit en ville, soi-disant pour empêcher des débordements. Alors tu parles de droits de l'homme!  En tout cas l'orphelinat était officiellement fermé.  Nous y sommes quand même allés avec trois volontaires plus Colleen pour la matinée.  Et il y avait de quoi nous occuper.


orphelinatL'orphelinat est très calme les jours fériés car beaucoup des femmes partent rejoindre leurs familles.  Par contre aujourd'hui c'est la petite Lisa qui nous a honorés de sa présence.  Depuis l'année dernière Marie et moi payons pour son écolage et du coup je ne l'ai pas beaucoup vu parce qu'elle va à l'école.  En plus d'être belle comme un cœur, c'est une sacrée coquine et elle n'est pas tombé sur la tête.

Pour nous trois filles la journée s'est passé entre changements de couches, massages et jeux.  Et puis évidemment le nourrissage.  Julie et moi avons l'habitude de nos petits, mais la troisième fille travaille normalement en bas avec les grands.  Elle était un peu désarçonnée devant la tâche, alors je lui ai dit que nourrir un enfant c'est comme de la méditation.  Il faut prendre le temps et aller avec son rythme à lui. Ce qui compte n'est pas qu'il finisse son assiette en un temps record, mais que nous puissions lui offrir un repas tranquille.  Peut-être nous autres mamans sentons cela plus naturellement qu'une jeune fille, quoi que...

orphelinatAvant de repartir je passe par le chambre des filles, car Tavy, une petite avec un sourire craquant, n'a pas arrêté de m'appeler depuis le pas de la porte.  Et voici ma copine Samut, à gauche sur l'image.  L'année dernière elle dormait encore dans notre chambre, mais depuis elle a été transférée chez les filles.  Normalement elle m'aime bien, mais cette semaine elle n'a pas arrêté de me faire la tête, Dieu sait pourquoi.  En échange j'ai gagné l'amitié de sa copine Cinoun, à droite sur la photo.  Alors cet après-midi les deux se sont fait un malin plaisir de me réclamer des photos, puis de faire des grimaces pour les faire rater, et d'éclater de rires tonitruants.  Elles ne sont pas tristes ces deux-là et je les adore!

A peine douchée, Srey Peuv m'appelle pour me demander si j'ai envie de participer à sa chorale qui chante pour soulager les malades ou les personnes en fin de vie et dont Colleen fait partie.  C'est une musique très douce et répétitive, qui berce et qui est sensé d'envelopper son bénéficiaire, de le porter et le conforter.  Comme nous sommes nombreux, les filles en font le cadeau à Colleen, moi-même et une jeune Autrichienne pour nous souhaiter un bon retour dans nos pays respectifs.  Couchées par terre nous sommes entourées par les chanteuses.  C'est vrai que c'est très agréable de se sentir ainsi entourée et portée par ces voix et leur intention d'amour.

orphelinatMais la soirée n'est pas encore finie, car nous continuons pour un dîner-karaoké à la khmère avec quelques membres du Braveheart Center.  Enfermés dans une petite salle très fraîche, nous mangeons une espèce de fondue chinoise (ici c'est un style thaï, apparemment très à la mode).  Puis il faut chanter et danser.  Heureusement que j'ai fait une bonne sieste à midi pour être en forme.  L'ambiance est encore aux rires et nous nous amusons comme des enfants.  Et demain ce sera encore la fête à l'orphelinat pour mieux faire passer cette pilule amère du départ. 

 

 

 

18:32 Publié dans Cambodge | Tags : orphelinat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.