UA-70828429-1 UA-70828429-1

20/06/2016

Les enfants du cristal

opéra,handicapCe week-end j’ai eu l’énorme plaisir d’assister à la dernière représentation des “Enfants du Cristal”, un opéra créé en collaboration entre l’Opéra-Studio de Genève et l’association Adèle de Glaubitz en Alsace pour célébrer le 25e anniversaire de cette association qui accueille plus de 2’000 personnes en situation d’handicap intellectuel, sensoriel ou moteur dans 36 établissements répartis sur toute l’Alsace.  Selon la philosophie de leur fondatrice Adèle de Glaubitz, toute personne dispose de nombreux talents à nous révéler, quelque soient la déficience, le handicap, le niveau de dépendance ou la situation sociale. 


opéra,handicap

Depuis 2013 un collectif de librettistes, aidé par le metteur en scène Benoît Caziers, a donnée vie au monde des Enfants de Cristal, un comte autour des quatre éléments. La musique de cet opera était ensuite compose par le chef d’orchestre Genevois Jean-Marie Curti . Puis des équipes diverses se sont attelés à la tâche pour créer les magnifiques décors et des costumes splendides. Le résultat était époustouflant. Les six représentations de cette entreprise gigantesques eurent lieu à l’institut Saint-André à Cernay près de Colmar, où près de 600 personnes en situation d’handicap sont accompagnés quotidiennement dans le cadre d’une dizaine de structures médico-sociales adaptées aux besoins et aux capacités de chacun.

L’opéra raconte l’histoire du jeune homme Quintus, apprenti d’un alchimiste. Par maladresse il met en péril l’équilibre de leur monde qui dépend de la clarté d’un cristal. Il apprend qu’il a des frères et sœurs et part à leur recherche pour ensemble sauver l’éclat du cristal. Il voyage ainsi dans le royaume de la Terre, de l’Eau, de l’Air et du Feu. Il retrouve ses frères et sœurs, affronte un dragon, et finalement ils vont tous ensemble réussir leur mission. Le cristal se réveille à nouveau et de sa lumière renaît l’équilibre du monde.

opéra,handicapSuivant les périples de ces jeunes gens, nous en avons pris pleins les yeux et le cœur pendant deux heures sans les voir passer.  Près d’une centaine de personnes résidant à l’Institut Saint-André étaient sur scène aux côtés des solistes, des choristes et des musiciens. Le chœur des 3 Frontières s’affrontait puis se mélangeait au chœur de l’Institut Saint-André. On sentait littéralement la complicité qui s’était créée au fil des répétitions et spectacles entre chanteurs valides et invalides. Je vois encore devant moi trois personnes en chaises roulantes qui ne pouvaient bouger que la tête et qui pourtant chantaient avec passion et joie. Tout autant qu’une toute petite mamie ratatinée qui suivait docilement la main qui la guidait, le visage illuminée de joie. Elle n'avait pas rate une seule repetition!

Puis il y avait une troupe de hip hop, des jeunes de l’atelier cirque et de l’atelier jeux de bulles, sans oublier les 23 percussionnistes encadrés par 4 professionnels. Partout où on regardait des sourires, fiers et heureux. Deux jeunes filles au syndrome de Down étaient belles comme des mannequins dans leurs costumes de sirène. Quand apparaît le magnifique dragon chinois vers la fin du spectacle, il est maintenu par des bâtons accrochés à des chaises roulantes qui sont poussées par des accompagnateurs. Si seulement vous aviez vu le regard fier et les yeux lumineux des personnes assises dans les chaises roulantes…

opéra,handicapTout le spectacle était rodé et chronométré. J’ai appris par la suite que les personnes en situation d'handicap ont l’habitude de se dépasser pour surmonter leur déficience et ils ont dû travailler dur pour arriver à ce résultat magnifique et professionel. Et à la fin du spectacle, ce n’étaient pas les solistes qui étaient en première ligne pour les saluts, mais les hommes en noir qui manipulaient les décors et l'aide de l’éclairagiste dont le sourire était plus brillant que tous les projecteurs.

Dans le public nous sentions cette belle complicité qui s’est noué entre tous les participants et le succès de cette entreprise dépasse de loin la réussite d’un beau spectacle. Cette coproduction est une incroyable aventure humaine et artistique dans laquelle chacun ne trouve pas seulement sa place mais également une joie immense.

Cet opéra a certainement contribué à révéler les nombreux talents des personnes en situation d’handicap. Nous sommes rentrés, émerveillés et pensifs, et plus d’un entre nous a revu ses préjugés et a priori. Merci, merci, merci pour cette belle leçon de la vie !

 

15:10 Publié dans Culture | Tags : opéra, handicap | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Magnifique. Belle initiative.

Écrit par : hommelibre | 21/06/2016

Les commentaires sont fermés.