UA-70828429-1 UA-70828429-1

02/12/2016

Cambodian Living Arts

living artsUn de mes rituels préférés au Cambodge est une soirée au Musée national pour assister à un des spectacles de Cambodian Living Arts (CLA). Cette troupe a été créé il y a 15 ans pour raviver l'art perdu pendant le régime des khmers rouges. Cette année la troupe est allée aux Etats-Unis où elle a connu un beau succès à New York.  CLA est une organisation non-gouvernementale qui se concentre sur la transmission des arts cambodgiens.  Elle crée du travail régulier pour des jeunes artistes rémunérés d'une manière équitable, tout en enseignant la culture cambodgienne à un public local et international.  Chaque spectacle est un régal immense pour les yeux, entre la beauté des costumes et la finesse délicate des prestations de danse.


living artsCe soir encore les 30 danseurs et leur petit orchestre nous emmènent à travers le pays et ses coutumes. Nous suivons avec émerveillement les différentes danses traditionnelles.  Le spectacle commence par une danse de la minorité des Mrong dans le Mondulkiri. Au milieu de la scène, un crâne de bœuf et une grande jarre avec de longues tiges de bambous.  Lors de leur rituel, les guerriers y boivent à gorgées chaudes.  Cela m'a rappelé une visite chez cette minorité, mais de l'autre côté de la frontière au Vietnam, il y a une vingtaine d'années où nous autres touristes étions honorés de participer au cérémoniel.  Deux par deux nous devions nous avancer pour boire leur alcool fait maison à je ne sais combien de degrés.  Et pas moyen de tricher.  J'en garde un souvenir spécial...

living artsLe spectacle se poursuit par la Danse des Dieux où trois couples de dieux et déesses illustrent la beauté et les réjouissances célestes.

living arts

 

Puis vient la danse de la récolte de cardamome dans les monts de la Cardamome à l'ouest du Cambodge. C'est l'épice la plus chère au monde après le safran et la vanille.  Pourtant les paysans qui font la cueillette sont pauvres.  Pendant leur danse, les interprètes imitent très bien les mouvements typiques d'arracher les capsules pour les mettre dans leur panier.

living arts

Fishing dance, la danse des pêcheurs, nous montre les différentes manières d'attraper des poissons et raconte en même temps par un mime simple mais universel l'amour naissant entre deux jeunes gens.  Le jeune homme taquine sa Dulcinée en lui volant son panier.  Elle fait la farouche en faisant mine de bouder.  Il cède avec un large sourire et les deux disparaissent derrière le panier pour s'embrasser.  Mais ceci n'échappera pas aux regards amusés des autres pêcheurs.  Finalement les deux amoureux se quittent avec un regard lourd d'entendement.

living artsLa prochaine histoire basée sur la mythologie hindoue raconte la naissance des Apsaras du barattage de la mer de lait.  Dieux et démons s'affrontent jusqu'à ce que les Apsaras viennent apaiser tout le monde par leur danse gracieuse.

living artsPuis vient la danse de la mante religieuse.  Les danseurs habillés en vert avec des noix de coco attachées au mains et au jambes reproduisent les mouvement de cet insecte à merveille.  Il y a surtout un jeune danseur qui nous éblouit par sa présence et son sourire aimable.

Commentaires

Que d'élégance et de beauté! Merci pour tous ces partages...La lecture de cette chronique quotidienne va me manquer après votre retour! Une petite échappée par jour pour montrer que dans le monde il n'y a pas que la guerre et des luttes pour le pouvoir égotique de certains politiques, mais que l'espoir et les actes concrets existent aussi, cela fait du bien!...

Écrit par : Francesca | 03/12/2016

Les commentaires sont fermés.