UA-70828429-1 UA-70828429-1

24/11/2016

Jeudi

orphelinatIl paraît qu’il a encore plu toute la nuit, mais cette fois-ci je n’ai rien entendu.  Une fois n’est pas coutume, le trajet pour l’orphelinat a été sans trop d’encombres.  Dans la salle de jeux les enfants sont déjà alignés dans leurs chaises roulantes et les mamans préparent le petit snack du matin.  Punnary, la nouvelle coordonnatrice, a acheté une voiture-radio à Somkhan.  Somkhan est couché sur sa voiture et, immobile, écoute la musique.  C'est tellement fort que j'ai peur que cela puisse faire crever ses tympans.  Mais Somkhan a l’air heureux.


orphelinatAprès le repas nous sortons les enfants pour leur promenade en chaise roulante. Depuis quelques années j’ai créé des relations d'amitié avec trois filles plus grandes de l’autre groupe.  Cette année pourtant est la première fois qu'elles viennent me chercher pour que je les promène.  Ou disons plutôt, elles font comprendre aux volontaires respectifs qui poussent leurs chaises roulantes de me venir trouver.  Bien qu’avec des possibilités réduites et en parlant juste avec des onomatopées, elles arrivent quand même très bien à se faire comprendre.  Voici Sammut, la plus grande, qui était pendant une année dans la chambre des mal-nourris  – aucune idée pourquoi car elle mange très bien.  En tout cas c’est là que nous avons forgé nos liens. Elle est très copine avec Sinourn, qui doit avoir son âge.  Les deux espiègles sont toujours en train de se marrer, et il n'y en a pas une pour rattraper l'autre. 

orphelinatLa troisième est la petite Tavvy au sourire ravissant, belle comme un cœur.  C’est une petite coquine qui va à l’école l'après-midi.  Elle m’attend toujours dans sa chaise roulante devant l’ascenseur quand je remonte après le pause de midi.  Par exemple, elle va me montrer ses ongles  fraîchement vernis. Elles sont très coquettes ces demoiselles et elles adorent également de se faire maquiller le visage.

Ce matin Sammut s’invite dans notre groupe.  Les grands enfants porteurs de VIH sont également là.  Il n’y a pas d'école le jeudi.  L’un d’eux s'entraîne au tir avec un gros ballon gonflable jaune qui sert normalement à faire asseoir les enfants.  Alors nous commençons à jouer ensemble : chaise roulante contre jeune footballeur.  Le garçon semble avoir beaucoup de plaisir à nous narguer, et Sammut rit aux éclats pendant que je fais virevolter sa chaise en pourchassant le ballon.  Evidemment je n'ai aucune chance contre ce jeune Ronaldo en herbe, et après un moment je n’en peux plus.  Sammut pèse son poids sur sa chaise et il fait chaud.  Pitié !  Je la ramène alors dans son groupe, encore un peu essoufflée mais heureuse de ce match inhabituel.  A en juger par sa mine rayonnante Sammut l'a également apprécié .

orphelinatA midi nous mangeons avec ma famille.  Comme à chaque fois, tout le monde rigole du peu de riz que nous mangeons par rapport à eux.  Le repas est délicieux.  Aujourd’hui Marie et moi avons en prime, ou plutôt en dessert, encore droit à un massage maison par les petites mains savantes de mes «petits-enfants».  Ils se débrouillent déjà vraiment bien et tambourinent sur notre dos - des petits coups très agréables.  Le massage familial est une chouette tradition au Cambodge qui contribue certainement à maintenir un certain équilibre physique.  Les enfants apprennent déjà jeunes les gestes et se font un plaisir de masser leurs ainés.  Ma seule frustration avec ce genre de massage reste qu’on ne s’écarte jamais du protocole pour suivre les besoins de la personne qui se fait masser.  Mais bon, je dois bien garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas de massage thérapeutique.

Après le repas nous descendons dans le parc. Je m’offre le luxe d’une petite sieste, pliée en deux sur une espèce de manège.  Ce n’est pas très confortable, mais au moins je suis à l’air frais.  J’ai la chance de pouvoir dormir facilement et partout.  Hier soir en rentrant nous étions coincées pendant un long moment dans le trafic et j’en ai profité pour m'assoupir dans le tuktuk.  Marie n’en croyait pas ses yeux. 

Pendant l’après-midi je m’étonne que mes copines ne reviennent pas me voir, mais lors d’un de mes tours de promenade je comprends pourquoi : tous les membres et volontaires de l’autre groupe sont installés devant une télé pour regarder un Walt Disney.  Tiens, c’est une nouvelle activité.  Petits et grands sont obnubilés par les images qui défilent sur l’écran et je me demande si c'est bien toujours la télé que nous avions acheté il y a six ans avec une physiothérapeute hollandaise.  Notre après-midi sera calme alors. Une volontaire canadienne qui est déjà au centre depuis trois semaines m'apprend que demain après-midi ce sera séance télé pour mon groupe.  Je suis un peu étonnée et dubitative, car je ne vois pas très bien nos enfants suivre une histoire.  Mais nous allons bien voir cela demain.

 

 

 

17:18 Publié dans Cambodge | Tags : orphelinat | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci Beate, tes récits sont excellents, on voyage avec toi, on visite, on découvre l'orphelinat et tous les enfants. Que d'émotions et de plaisirs, tu leur donnes tant de joie, ce que tu fais est formidable.
gros bisous

Écrit par : Athina | 24/11/2016

Je plussoie!
:-)

Écrit par : hommelibre | 25/11/2016

Les commentaires sont fermés.