UA-70828429-1 UA-70828429-1

30/11/2016

L'histoire du vent et de la sieste

P1020927.JPGCe matin nous avons été réveillées par nos chers voisins les moines.  Il fallait bien que quelqu'un vérifie à 6 heures pile si le micro marchait bien... "Un, deux, trois..."  Oui, nous le confirmons, le micro marche très bien et la force du son est plus que suffisantre - surtout à cette heure de la journée.  Heureusement pour nous, les essais sonores s'arrêtent là pour l'instant.  Mais à 6h40 quelqu'un enclenche de la musique de xylophone cambodgien.  Bon allez, il faut se lever de toute façon.  On fera la sieste plus tard.  Sur le chemin de l'orphelinat nous retrouvons les moines qui font leur tournée matinale pour récolter leurs vivres.

 


Avent,sieste,orphelinat l'orphelinat quelqu'un a coupé toute l’herbe du carré central ainsi que celle des côtés.  Quel effort, car il n’y a pas de tondeuse et il faut travailler avec un coupe herbe à moteur qui fait un bruit pas possible.  Quand l’herbe des bords du terrain est coupée, une quantité de sacs en plastique et d’autres déchets font leur apparition.  Les Cambodgiens sont pourtant très propres de nature et n’arrêtent pas de nettoyer leur pas de porte pendant toute la journée.  Malheureusement, cela ne les empêche pas de jeter leurs ordures partout où ils passent.  Marie et moi décidons alors de donner l'exemple dans le vain espoir de peut-être les inciter à faire pareil.  Nous commençons à ramasser les déchets devant les regards impassibles des occupants de l'orphelinat.  Ils doivent se dire que nous sommes bien folles!  Heureusement qu'il y a la relève chez les petits qui commencent déjà très tôt et plein d'entrain de se mettre à la propreté...

A la pause de midi nous nous retrouvons à nouveau entre femmes.  Cette fois-ci il y en a sept ou huit.  Elles ont apporté plusieurs plats à partager ainsi qu’un panier avec des herbes fraîches, des courgettes et d’autres légumes crus. Elles bavardent entre elles pendant qu’elles arrachent les feuilles des tiges, puis elles les enroulent pour ensuite les tremper dans une sauce.  Elles nous proposent de les goûter également, mais quand elles nous informent que le goût est amer, nous ne sommes pas très chaudes pour faire l’expérience.  Les autres plats sont tellement bons.

vent,sieste,orphelinatAprès le repas nous nous installons pour notre petite sieste bienfaisante – Marie sur une balancelle et moi recroquevillée sur un des bancs arrondis d’une espèce de carrousel.  Même si notre couchage est dur et peu confortable, nous adorons notre pause à l’air frais – surtout pendant cette saison froide (il ne fait que 32 degrés…).  Aujourd’hui l’air est embaumé du foin qui sèche par terre.  Des dizaines de moineaux, pigeons et d’autres oiseaux profitent de ce moment idéal pour venir se servir de petits vers et d’autres insectes dans le sol mis à nu.  Pendant quelque temps nous écoutons avec émerveillement le très beau chant d’un oiseau que nous n’avions jamais entendu jusqu’ici.  Il a dû être attiré par cette riche table mise.  Mais avant de pouvoir le prendre en photo, il s’envole déjà vers d’autres endroits pour faire bombance.

J’adore ce moment de la sieste.  Je ne dors jamais profondément, mais je suis bercée par les diverses sonorités qui atteignent mes oreilles d’une manière diffuse : un enfant qui pleure (Tiens, c’est qui ?  Est-ce que je reconnais la voix ?), le flop-flop des pas d’une personne qui passe en traînant les pieds, deux coups de klaxon puis les pas rapides des élèves qui courent attraper le minibus qui va les amener à l’école, le vrombissement des camions qui passent dans la rue, quelques voix d’une conversation ponctuée de rires joyeux, l'eau qui coule au robinet à quelques mètres de nous… Ce n’est jamais le calme plat et pourtant c’est paisible.  La brise chaude me caresse la nuque, le visage et les bras et secoue doucement les jambes de mon pantalon pour faire danser les éléphants de l'imprimé.  Je pense à l’Histoire du vent de John Goetelen que nous avons interprété au théâtre à Ferney et à Samoëns, et je souris intérieurement.  Si vous voulez savoir pourquoi le vent a été inventé, il faudrait bien la lire, cette jolie histoire - ou venir nous regarder jouer en juin prochain...

 

Commentaires

Yes, yes, yes... :-)

Écrit par : hommelibre | 01/12/2016

Les commentaires sont fermés.