UA-70828429-1 UA-70828429-1

04/12/2016

La production de soie

siem reapInitialement Marie et moi étions venues à Siem Reap pour accompagner et encourager nos amis coureurs du semi-marathon d'Angkor Wat et sensibiliser les gens à la cause de notre orphelinat pour récolter des fonds.  Tandis que nos vaillants compagnons de voyage se sont levés ce matin à 4h30 pour se rendre sur les lieux, nous avons perdu la bataille contre l'oreiller et remis le réveil à plus tard.  Quand nous nous sommes finalement levées à 8 heures, les autres avaient déjà plus ou moins fini leur course.  Ainsi va la vie!  Mais c'était sans regret de notre part...


siem reap,soieAprès un délicieux cappuccino nous décidons donc de faire une croix sur les temples et nous optons plutôt pour la visite d'une ferme de vers à soie.  Notre jeune conducteur de tutktuk nous emmène à travers la campagne luxuriante vers notre destination.  A la place des huttes nombreuses dans les régions du sud, nous trouvons ici de belles maisons en pierre, entourées de grands jardins bien ordonnés et propres.  La route est en excellent état, avec des pistes supplémentaires réservées aux motos et tuktuks.  Le pays est plat et nous admirons les champs de riz où la récolte a commencé.  Tout à l'air propre et paisible et nos yeux se régalent partout où tombe notre regard.  Le ciel est nuageux et il ne fait pas encore trop chaud.

Après environ 40 minutes de trajet nous arrivons dans la ferme qui emploie 400 personnes à l'année.  Tout est très bien organisé et nous sommes tout de suite prises en charge par un guide francophone.  Il nous explique le cycle de vie des vers à soie qui dure 47 jours et tout ce qu'il faut savoir par rapport à leur élevage.  En fait, je suis contente de ne pas être un des leurs, car leur vie ne semble pas très drôle : s'ils ne se font pas ébouillanter pour récupérer la soie ils vont devenir papillons et s'accoupler.  Le mâle meurt tout de suite après l'acte (sic) et la femelle après avoir pondu les œufs. Fini les réjouissances et en avant pour une nouvelle génération.

Les minuscules vers à soie sont d'abord siem reapélevés dans des nurseries et nourris avec des feuilles de mûrier que l'on cultive dans le terrain du centre. Les vers grandissent vite.  Quand leur couleur change du blanc au jaune c'est le signe qu'ils vont commencer à fabriquer leur cocon.  Alors on les place dans des paniers spéciaux où ils vont s'accrocher aux bords.  Un nouveau changement de la couleur du blanc au jaune du cocon est le signe qu'un nouveau stade approche avec la transformation en papillon.  

Les siem reapéleveurs gardent environ 20% des cocons pour la reproduction, les autres 80% seront alors jetés dans de l'eau bouillante afin de pouvoir extraire le fil.  Chaque cocon contient à peu près 400 mètres de fil de soie délicat.  Les vers produisent de la soie sauvage et fine en même temps. 

siem reap,soieEnsuite c'est un long processus entre filage, nettoyage, teinture, tri, etc..  La soie à l'état brut est assez rêche.  Ce n'est qu'après l'avoir passée dans du bicarbonate de soude que la matière s'adoucit.  Lors de notre visite on nous montre également comment obtenir des belles couleurs à partir d'ingrédients naturels.  Et pour couronner le tout, nous avons la chance d'observer des jeunes filles travailler sur leurs métiers à tisser.  Les femmes sont payées au mètre et selon la difficulté du dessin.  Pour un travail en uni, elles arrivent à faire deux mètres par jour.  Pour le travail avec un dessin compliqué elles produisent 50 centimètres par jour.  Quand on voit tout le travail et le temps investi, on se dit qu'en fait on ne pourrait jamais payer un prix juste pour ce produit de luxe. 

 

 

16:22 Publié dans Cambodge | Tags : siem reap, soie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

...cela me rappelle une visite du même style lors d'une tournée en Chine: j'y avais acheté quelques vêtements que j'ai ensuite gardés pendant plus de 20 ans! La soie est un matériau tellement beau! Bon plaisir...

Écrit par : Francesca | 04/12/2016

J'imagine l'ingéniosité qu'il a fallu depuis les premiers découvreurs de ce fil de soie, en des temps très anciens, jusqu'à cette utilisation industrielle. Fascinant.

Écrit par : hommelibre | 04/12/2016

MAGNIFIQUE ce récit sur les vers à soie. Des souvenirs très lointains d'école primaire remontent...avions observé un temps des vers à soie...
Merci pour ces récits que je suis allée rechercher dans la corbeille(!)
Bonne fin de séjour!

Écrit par : ANNE Dias | 04/12/2016

Les commentaires sont fermés.