UA-70828429-1 UA-70828429-1

05/12/2016

Retour à Phnom Penh par le Tonle Sap

.tonle_sap_carte_m.jpgAprès l'aller à Siem Reap en bus nous avons choisi pour le retour l'option en bateau rapide.  Je l'avais déjà fait il y a six ans et en gardé un très bon souvenir.  Nous voilà donc à nouveau debout à 5h30. Et cela s'appelle des vacances! D'un autre point de vue, c'est une nouvelle occasion d'admirer le lever du jour. Si on veut...

Un minibus vient nous chercher à l'hôtel, puis fait le tour de plusieurs autres hôtels jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de place nulle part dans le véhicule.  Sur nos billets c'est marqué "Départ à 7 heures", mais en fait en langage Cambodgien cela veut dire "Arrivée au bateau à 7 heures."  Le départ se fera seulement une heure plus tard. Nous arrivons donc peu après 7 heures et sommes accueillis par une horde de vendeuses ambulantes qui nous offrent sandwiches, coca, café froid, fruits. Mais l'hôtel nous a préparé des belles boîtes pique nique en feuilles de bananiers tressées.  S'il me reste de la place dans ma valise qui commence à se remplir sérieusement j'aimerai bien en emmener une.


P1030100.JPGLe bateau part finalement à 8 heures.  Nous avons trouvé une petite place sur le devant du bateau, juste sous le nez du capitaine, en compagnie d'une femme Cambodgienne et son fils.  Il ne faut pas qu'on se lève, sinon on s'attire les foudres du conducteur privé de visibilité.  La place n'est pas très confortable avec peu d'espace.  Malgré mes fesses pourtant bien rembourrées je n'arrête pas de me tourner et retourner pour trouver une meilleure position.  C'est dure, le plancher d'un bateau!  Et en plus la couleur déteint sur mes pieds.

Le bateau part avec une belle allure et le vent nous fouette le visage.  Nous nous retrouvons rapidement sur le lac du Tonle Sap que nous allons parcourir pendant plus de deux heures et demie.  Les bords sont tellement éloignés qu'on se croirait presque en mer.  Ce qui n'est finalement pas étonnant, car ce lac est le plus grand lac d'eau douce d'Asie du sud-est.

tonle sapLa superficie du lac pendant la saison sèche (février à mai), est d'environ 2 700 km2 pour une profondeur d'environ 1 mètre.  Elle est quasiment multipliée par six pendant la mousson. On estime que la surface du lac peut alors atteindre 16 000 km2 et sa profondeur 9 mètres, noyant rizières et forêts.  D'ailleurs au départ nous voyons bien la mangrove avec ses villages flottants.

Il existe encore une particularité par rapport à ce lac qui porte le même nom que la rivière Tonle Sap.  D'ailleurs les Cambodgiens n'en font pas de distinction. La rivière n'a pas de source proprement parlant.  Selon la saison, elle coule du lac dans le Mékong ou du Mékong en crue vers le lac.  Le lac sert ainsi de déversoir au trop-plein des eaux en période de hautes eaux et de réservoir en période de basses eaux. Ce phénomène s'appelle "retournements des eaux."  D'ailleurs la Fête des Eaux en novembre se situe au moment où les eaux sont les plus hautes.

tonle sapNous ne rencontrons pas beaucoup de bateaux de pêche sur le grand lac, mais quand nous nous approchons de sa fin, les bateaux et leurs filets de pêche sont nombreux.  Nous retrouvons également à nouveau des habitations construites sur l'eau et au loin quelque chaîne de montagnes.  Notre avancée est bruyante à cause du moteur et paisible à la fois.  Nous sommes entourés par les quatre éléments : le soleil qui me picote la peau, le vent qui tire sur nos vêtements et cheveux, l'eau qui se referme en mousse blanche derrière notre passage, et la terre au loin. 

tonle sapQuand la fleuve se rétrécit nous longeons la côte et ses habitations sur pilotis.  Le rire joyeux des enfants monte à nos oreilles depuis la berge.  Quelques uns nous font de grands signes de main en guise de salut.  Un certain moment on voit une file de vélos sur la route avec des écoliers habillés en bleu et blanc qui rentrent déjeuner.

Notre voyage durera 5 heures et demie.  Pour la dernière heure nous nous réfugions à l'intérieur climatisé.  J'avais mis mon foulard autour de la tête pour me protéger du soleil, mais quand je retire mes lunettes à l'arrivée, je me dis que j'aurai mieux fait de revêtir une burqa...

Les Cambodgiens doivent se dire qu'il n'y a que les touristes qui puissent être assez fous de rester dehors en plein cagnard pendant qu'on peut rester tranquillement au frais.

 

11:28 Publié dans Cambodge | Tags : tonle sap | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Chère Beate,
Tes commentaires et descriptions sont juste magnifiques et font chaud au coeur !
Grosse bises
Blaise

Écrit par : blaise oberson | 06/12/2016

Les commentaires sont fermés.