UA-70828429-1 UA-70828429-1

16/01/2017

Un dimanche dans la neige

neige

La neige est enfin arrivée - joie pour certains et plaie pour d'autres. Heureux ceux qui ont un toit sur la tête avec un chauffage qui fonctionne et qui possèdent des vêtements chauds... Heureux aussi celles qui ont un super pelleteur à la maison qui dégage trottoirs et entrées à notre place et qui fraye un chemin dans la neige profonde !


neigePersonnellement, j'aime bien la neige quand je n'ai pas besoin de me déplacer et quand le ciel est bleu - comme hier matin.  Alors on allume télé nature pour une émission en directe sur les oiseaux en hiver. Une famille de trois merles, un male et deux femelles, en doudoune d'hiver essaye de s'emparer des dernières baies sur un buisson juste devant la fenêtre.  C'est impressionnant de voir avec quelle agilité les oiseaux se balancent tout au bout des tiges minces pour attraper l'objet de leur convoitise.  Parfois ils doivent soutenir leurs efforts par des battements d'ailes quand la tige risque quand même de s'écrouler sous leur poids. Ils sont bientôt rejoints par deux mésanges dont le poids de plume est certainement un avantage dans l’approche périlleuse du bout de tige. Les dernières baies disparaissent en un temps record et les oiseaux s’envolent pour d’autres points de réserve. Plus loin j’aperçois les longues plumes bleu de la queue d’un geai qui vole à toute vitesse entre les arbres. Il va falloir penser à installer un point de nourrissage pour les oiseaux à l’abri du chat qui ronronne tranquillement sur un coin du canapé, bien au chaud et roulé en boule.

Nous sortons pour soulager quelques sapins de la neige qui plie leurs branches vers le bas. C’est amusant de secouer les branches et de créer une pluie de neige fine qui nous saupoudre aussitôt de la tête aux pieds. Les branches ainsi soulagées rebondissent immédiatement vers le haut, touchant d’autres branches qui se dégagent également un peu de leur manteau blanc.

neigeNous partons pour une balade en forêt. À notre grand étonnement nous n'apercevons pas que des traces de lapins et de chevreuils imprimées dans la neige. Non, il y a bien des randonneurs qui nous ont précédés.

Mais finalement nous trouvons quand même des tronçons encore vierges. Nous nous enfonçons jusqu’au genou dans la poudreuse et commençons vite à transpirer sous nos vestes et bonnets, encore plus dans les montées. Nous traversons une petite rivière en prenant appui sur quelques gros cailloux après les avoir dépouillé de leurs chapeaux bombés et blancs. À mon grand étonnement la neige n’est pas immaculée mais semble grisâtre, et cela en forêt !

Bientôt nous retrouvons une touche de civilisation en forme d’un petit sentier dégagé. Tiens, c’est étrange. Est-ce que Superpelleman a passé par là ? Qui a bien pu dégager ce long chemin ? Fatigués par nos efforts dans la poudreuse nous nous contentons avec gratitude d’emprunter le chemin de la facilité qui nous ramène vers la vallée. Partout dans les jardins les enfants s’amusent avec leurs luges ou se lancent des boules de neige.

C’est joyeux l’hiver – surtout quand on n’a pas besoin de prendre la voiture…

 

14:01 Publié dans Air du temps | Tags : neige | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Belles photos, elles font envie.

Écrit par : hommelibre | 16/01/2017

Il est toujours aussi agréable de te lire et les photos sont superbes .

Merci

Écrit par : sylvie | 16/01/2017

Les commentaires sont fermés.