UA-70828429-1 UA-70828429-1

27/11/2017

Journée ordinaire

orphelinatCe matin nos amis les moines ont attaqué à 6h30 pile - et ce coup-ci les haut-parleurs étaient bien branchés. Mais bon, c'était presque l'heure pour se lever. Après notre café au bar en écoutant les nouvelles de TV 5 du Monde, nous reprenons notre route habituelle. Mais ce matin quelque chose est différent sur le dernier kilomètre qui nous sépare de l'orphelinat. Nous sommes enveloppés par de grands nuages de poussière. C'est nouveau. Quand les particules retombent un peu nous réalisons que quelqu'un a eu la bonne idée pendant le week-end mettre du gravier dans les trous immenses qu'il y avaient auparavant dans la chaussée. Du coup nous ne sommes plus secouées comme de pruniers.


Ce matin nous avons apporté les bananes que nous avions achetés hier sur l'île de la soie. La papaye sera pour demain. C'est bien de faire durer les petits plaisirs! Nous laissons deux grappes de bananes à l'autre groupe et en gardons une pour améliorer la bouillie du matin de notre groupe par de la banane écrasée. Cela sentait bon la banane fraîche et les enfants ne se sont pas fait prier pour finir leur ration en un clin d'œil.

orphelinatAvec le grand nombre d'enfants dans les groupes, cela nous prend maintenant  facilement une heure pour nourrir toutes ces bouches le matin et l'après-midi, sans parler du repas de midi. Il y a un ordre bien établi : la priorité va aux bébés qui boivent des biberons, puis aux grands qui mangent vite, puis à tous ceux qui se font entendre comme le petit Barang qui couine suffisamment fort pour qu'on ait envie de le faire taire en lui donnant à manger. Et à la fin restent ceux qui dorment ou qui attendent patiemment que leur tour arrive. 

Beaucoup d'enfants ont des particularités quand on les nourrit. Quand on sait comment les prendre ou à quoi faire attention cela devient évidemment plus facile. Quelques enfants qui étaient difficiles à nourrir auparavant comme Yvy ou Sinourn ont fait d'énormes progrès depuis l'année dernière, peut-être grâce au nourrissage en chaise. Pour quelques d'autres cela reste difficile. Somnang s'endort maintenant souvent au milieu du repas. Elle lape comme un petit chat ,et puis les yeux se ferment. Je n'ai plus qu'à ranger son assiette et attendre plus tard. D'autres ne savent pas bien avaler. Ils essayent pourtant très fort comme seul résultat qu'ils repoussent toute la nourriture dehors. C'est un va et vient inlassable où on ne voit pas l'assiette se vider. Dans ces cas ce n'est pas toujours facile de rester zen...

Une des pires est la petite Naro quand je dois lui donner du lait. Aussitôt entré, aussitôt sorti. Je ne suis même pas sûre qu'elle puisse profiter de quelques gouttes. A la fin de la laborieuse besogne son T-shirt est trempé de lait et coup et visage sont tout collants. Le brossage des dents avec la ration d'eau à boire donnent le reste aux derniers morceaux de tissus encore restés secs.

orphelinatPendant que nous promenons nos enfants sur le balcon, nous regardons souvent ce qui se passe dans le parc. Depuis qu'il y a la nouvelle structure nous avons remarqué que les activités sur le perron ont bien augmenté. Quelques garçons de l'autre groupe s'amusent dans le bac à sable astucieusement aménagé avec de vieux pneus. D'autres jouent au ballon. Un adolescent en particulier adore lancer la balle ou la taper du pied. La directrice m'a raconté qu'il ne marchait pas du tout quand il est arrivé il y a une année environ. A l'époque il restait assis dans un coin sans bouger. Aujourd'hui c'est un jeune homme souriant qui cherche facilement le contact pour trouver un partenaire de jeu.

orphelinat Bien sûr il y a des enfants envers qui nous avons plus d'affinités, qui nous attirent naturellement pour une raison ou pour une autre. Puis il y en a ceux qui nous choisissent eux, on ne sait pas trop pourquoi, comme ce garçon d'une dizaine d'année qui est venu s'installer entre Marie et moi sur la balancelle et qui avait visiblement besoin de câlins. Il s'est blotti  contre ma poitrine et je lui ai caressé le cuir chevelu pendant un long moment. Depuis nous sommes devenus copains. 

orphelinatJ'ai également quelques copines dans l'autre groupe de jeu. Je ne sais plus comment cela a commencé, mais maintenant nous avons nos petits rituels où nous nous taquinons de bon cœur. Ce sont quatre ou cinq filles qui vont à l'école et qui parlent quelques mots en anglais. Et quand elles ne connaissant pas l'expression juste, elles arrivent quand même à se faire comprendre par des gestes.

Les femmes m'ont gentiment grondé aujourd'hui et m'ont fait comprendre que deux semaines de séjour étaient trop peu. Une m'a dit en rigolant que j'étais fainéante parce que je ne voulais pas rester plus longtemps, tandis qu'une autre m'a fait la remarque que c'était bien la peine d'attendre une année pour me voir juste pendant deux semaines. Je suis bien d'accord avec elles, mais cette année c'est le mieux que je pouvais faire. J'espère pouvoir me rattraper l'année prochaine!

 

16:49 Publié dans Cambodge | Tags : orphelinat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Écrire un commentaire