UA-70828429-1 UA-70828429-1

25/11/2018

Week-end de repos

P1050404.JPGNous émergeons samedi en fin de matinée d’un sommeil plus ou moins réparateur. Plus pour Marie et moins pour moi. Décalage horaire oblige. Mais le week-end de farniente a été programmé d’avance pour nous remettre d’aplomb. Et dans ce pays ou la loi de la sieste règne, même chez les chats, nous allons nous adapter très vite.

Notre première tâche le matin est de déposer vos généreux dons à la banque. Nous devons attendre pendant un bon moment ce qui donne l’occasion d’observer la clientèle autour de nous. La mode du Tatouage semble avoir fait sa percée également au Cambodge car nous voyons une jolie jeune fille avec un gros tatouage sur le bras. Du jamais vu auparavant ! Comme d’habitude tout le monde est accroché à son portable comme si sa vie en dépendait. Devant nos yeux un écran géant nous vante les mérites de toutes les transactions bancaires que l’on peut faire avec son portable. Oui, chers citoyens, faites-vous surveiller à mort sous guise de progrès et de facilité. Soyez transparents afin qu’aucun de vos mouvements et rien de votre vie n’échappe au grand frère.


P1050414.JPGEnsuite nous partons faire un tour de reconnaissance de nos  lieux habituels. Le temps est nuageux et pas trop chaud, avec un petit vent délicieux qui nous convient parfaitement bien pour nous acclimater. Il flotte comme un goût d’après-fête sur la ville: les marchands ambulants sont repartis dans leurs provinces, les tentes sont démontées et beaucoup de boutiques restent encore fermées. On aperçoit toujours deux mouvements lors de cette fête : le Phnom Penhois partent dans les provinces pour rendre visite à leur familles, tandis que les provinciaux viennent à Phnom Penh pour vendre leur marchandise. Puis c’est le mouvement inverse.

Sur les quais du Tonle Sap la brigade de nettoyage est en action pour nettoyer les trottoirs au jet d’eau tandis que les drapeaux Cambodgiens flottent joyeusement au vent. Sur la berge est accostée toute une flotte de barques dont le démontage des milliers d’ampoules qui illuminaient des tableaux géants a déjà bien avancé. Lors de la fête ces barques font l’aller-retour sur la rivière à la tombée de la nuit pour la grande joie de tous.

Un peu plus loin les marchands de bouquets de lotus attendent patiemment leurs clients pour les offrandes au temple d’à côté. Une odeur d’encens vient caresser nos narines et se mélange avec toutes les autres odeurs typiques de ce beau pays. Je souris, car la boutique de cercueils a toujours pignon sur rue entre les restaurants et boutiques qui deviennent de plus en plus chics. La ville change et ne change pas en même temps. Des bâtiments sont démolis et d’autres apparaissent, et on ne sait plus très bien ce qui est nouveau et ce qui a déjà existé.

P1050405.JPGDans une petite rue Marie cherche une poubelle pour jeter un petit papier, mais elle a oublié que nous sommes au Cambodge...

Nous voulons faire notre halte obligatoire à la boutique de Friends, mais le bâtiment est en travaux et l’immeuble à côté démolis.  Finalement nous apprenons que la boutique a été transférée en face, mais elle reste encore fermée quelques jours à cause de la fête des Eaux. Mince alors ! Et notre pédicure tant attendue….

Alors nous traversons la rue pour aller chez Mansour, notre QG libanais, où nous sommes reçues par serveuses et patron avec des grands sourires et des bras ouverts. Cela fait tellement plaisir de se sentir bien accueilli! Nous reprenons nos bonnes habitudes culinaires avec une délicieuse salade, du pain pita chaud et un jus de pastèque frais, le tout couronné d’un petit café libanais délicieux. Elle n’est pas belle la vie ?

La prochaine halte obligatoire est au marché central pour admirer la nouvelle collection de T-Shirts. Comme d’habitude nous sommes poursuivies par des « Bonjour Madaaame », « T-Shirts, Madaaame », « Cheap cheap ». Mais nous tenons bon et n’achetons rien. Pour cette fois-ci en tout cas. Ensuite note trajectoire nous dirige vers Sorya, un centre commercial qui a été entièrement re-décoré à l’intérieur. C’est beaucoup plus joli maintenant.

Nous poursuivons notre dure journée par 90 minutes de massage balinais dans un cadre fort agréable et en ressortons stretchées, détendues et pleines d’entrain. Maintenant se pose la question cruciale : où aller dîner ce soir. Puisque nos nouveaux quartiers sont proches de jolis parcs, nous optons pour une balade à pied jusqu’au monument de l’indépendance. Les arbres et grandes artères de la ville sont joliment illuminés dans la nuit et font concurrence à la pleine lune qui veille sur la ville.

cambodge,pnom penhDemain nous retrouverons nos petits protégés à l’orphelinat. Nous nous en réjouissons déjà beaucoup. Pendant le repas nous passons en revue les visages de tout le monde avec quelques difficultés de se remémorer chaque nom. Ce sera encore une occasion pour nos copines là-bas de se moquer de nous. Ah, leurs rires joyeux m’ont bien manqués !

 

Les commentaires sont fermés.