UA-70828429-1 UA-70828429-1

02/12/2018

Semi-Marathon d'Angkor Wat

siem reap,semi-marathonCe matin nous avons rendez-vous à 5 heures dans le hall de l'hôtel. Marie et moi sommes pile à l'heure. Puis arrivent les autres à la queuleuleu et sans trop se presser. Nous partons à deux tuktuks de l'hôtel puis nous retrouvons les autres à leur hôtel. Nouvelle attente. Ce n'est pas facile de rassembler 13 personnes sur trois endroits différents ! Nous attendons tranquillement et nos chauffeurs de tuktuk s'amusent comme des enfants, car un motard fait des rondes dans le quartier ne retrouvant plus sa maison suite à une soirée certainement très arrosée. Cette année nous partons plus tard que l'année dernière n'ayant personne dans le groupe qui fait les 21 kilomètres. C'est dommage, car nous ratons ainsi le lever du soleil derrière les temples. D'un autre côté nous profitons cette année du départ et de l'arrivée à Angkor Wat, tandis que l'année dernière on nous avait dévié sur un autre trajet à cause d'une grande cérémonie religieuse.


Je vous parle tout ce temps du semi-marathon, pourtant l'équipe ne fera que les 10 kilomètres. Mais c'est comme avec les villages flottants qui ne sont pas vraiment flottants…

Heureusement que nous sommes des habitués de la circulation animée, car ce matin encore cela bouchonne sur les routes qui mènent aux temples. Une interminable colonne de tuktuks amène sa cargaison de sportifs du dimanche sur les lieux. Ce semi-marathon est devenu une fête quasi familiale. Beaucoup de membres d'associations comme la notre y participent et les 10'000 participants viennent d'une quarantaine de pays. Cette manifestation sportive accueille également un para-marathon dans les catégories jambes artificielles et fauteuils roulants. Les bénéfices sont tous versés à des associations caritatives.

siem reap,semi-marathon

Comme il se doit, la séance de photos avant et après la course s'impose. Nous sommes encore un peu fatigués mais de bonne humeur. C'est bientôt le moment du départ. Marie et moi allons rester ensemble et on se donne rendez-vous avec le reste du groupe après la course. Les coureurs ou marcheurs trépignent devant la magnifique façade d'Angkor Wat au loin et nous sommes bousculées de tous les côtés. Une odeur intense de Perskindol s'élève entre les corps qui sont dans leur starting blocks. Les deux animateurs sur le podium s'excitent de plus en plus. L'audience fait le count down et c'est parti.

siem reap,semi-marathonNous longeons un joli lac sur un kilomètre, puis nous traversons le pont qui mène à la porte sud. Même si nous voulons faire nos dix kilomètres dans les 90 minutes imposées, nous nous permettons quand même des pauses photo. Le passage de la porte est un peu délicat, car assez étroit.  

siem reap,semi-marathon

Les coureurs de 21 kilomètres ont la chance de pouvoir faire une boucle, tandis que les 10 et 3 kilomètres font un aller-retour. A peine avons nous marché trois kilomètres que les premiers coureurs du semi-marathon arrivent déjà sous les acclamations de nos voisins. Comme inspirés par eux, tout le monde accélère le pas, mais cela ne durera qu'un certain moment. Beaucoup de coureurs ont changé leur rythme pour marcher. Marie et moi continuons d'un bon pas. Elle a vraiment du mérite, car ses jambes sont plus courtes que les miennes et elle a 14 ans en plus. S'il y a un vainqueur du jour, c'est bien elle!

siem reap,semi-marathonNous contournons plusieurs temples. et c'est très beau. Par chance la plupart du trajet se fait à l'ombre sous de grands arbres. Un moment donné un singe nous suit en courant, certainement inspiré par le mouvement de masse. Puis nous voyons devant nous deux Chinois qui discutent fort. Alors nous avons la même pensée : et si c'étaient nos voisins désagréables? Il y a un certain air de famille.

Après cinq kilomètres nous devons faire demi-tour sous les yeux des spectateurs locaux - probablement le personnel qui prendra son service dès que la course est terminée. Nous croisons les autres membres de notre équipe et constatons que nous nous trouvons en 5e position. Allez, encore un petit effort pour finir dans les temps. Mais cela va être dur.

siem reap,semi-marathon Finalement nous terminons 15 minutes après le cut off. Néanmoins nous avons droit à notre médaille et nous nous faisons tirer le portrait par un visiteur chinois, car le site est maintenant ouvert aux touristes qui affluent en car par dizaines. Tout le monde est heureux et fier d'être allé jusqu'au bout de notre aventure. L'année prochaine j'essayerai d'améliorer mon temps. Marie avait amené les chaussures de randonnée à la place des chaussures de course. Je pense que je ferai pareil. C'est plus confortable sur les routes bétonnées.

Après l'effort un café glacé nous récompense, puis petit déjeuner dans un restaurant de soupe. La plupart des autres vont tout de suite repartir dans l'après-midi, mais nous avons la chance de pouvoir nous reposer. Nous voulons prendre le bateau comme l'année dernière. Cependant une grosse déception nous attend à l'agence de voyage. Apparemment il n'y a pas assez de profondeur d'eau pour aller jusqu'à Phnom Penh. Du coup nous décidons de rentrer ce soir avec le bus de nuit.

Mais pas avant nous avoir fait masser les jambes encore une fois. Nous le méritons bien. Nous rentrons dans ce que nous croyons être la même boutique qu'hier et nous avons la même pensée : "Tiens, ils ont changés les fauteuils d'un côté à l'autre." En fait, nous sommes rentrées dans la boutique juste à côté. Mais le massage d'hier était mieux. Alors au revoir Siem Reap et à l'année prochaine, si Dieu le veut!

 

 

Écrire un commentaire