UA-70828429-1 UA-70828429-1

07/12/2018

Le départ de Chiwan

orphelinatLe vendredi est toujours un jour un peu bizarre. L’énergie est différente et cela sent le week-end. Cela fait maintenant déjà deux semaines pour nous à l'orphelinat et nous sommes heureuses de pouvoir en rajouter encore une! Les deux semaines de l'année dernière étaient vraiment trop courtes.

Dans les chambres les mamans lavent par terre après chaque repas et elles nettoient également leur petit bout de corridor. Dans la salle de jeux cela fait longtemps que je n'ai pas vu faire les filles un vrai lavage par terre. Chaque fois qu'un enfant fait pipi on essuie la flaque avec une serpillère et c'est tout. Souvent elle n'est même pas rincée.

Je ne sais pas si c'est le vendredi qui m'inspire, en tout cas je décide de donner un grand coup de nettoyage une fois que tous les enfants sont changés. L'eau dans le bac est noire et immonde. Nimol me donne du produit et rince un peu la serpillère au longs filaments de tissu qui a déjà vu de meilleurs jours. Je ne veux même pas savoir combien de milliards de microbes se trouvent dans ces filaments. En tout cas j'ai déjà décidé quel sera mon prochain achat pour l'orphelinat! Et si on pouvait trouver de l'eau de javel, je leur en fera également cadeau.

 


orphelinatAprès mes tâches ménagères je descends au parc pour promener quelques uns de mes chéris. Je trouve les deux frères Chiwa et Chiwan installés côté à côte sur une balancelle. Aujourd'hui est le grand départ pour Chiwan. Je me demande quel est le lien qui les relie et ce que les deux peuvent bien ressentir. Est-ce qu'ils sont conscients que la séparation sera beaucoup plus longue que ce qu'ils n'ont jamais vécu? Je ne le saurai jamais, mais je suis très touchée par leur histoire.  Quels destins différents la vie leur a réservé !

A midi nous sommes conviées à prendre un repas de soupe avec les mamans et leurs enfants, la directrice et les autres volontaires. On chauffe le bouillon sur des petits réchauds qui fonctionnent avec une mini-bonbonne de gaz. Puis on le verse sur les nouilles, les pousses de soja et tous les autres ingrédients qu’on aurait pu mettre dans son bol, le tout arrosé d’un peu de sauce piquante – et voilà la recette pour un bon repas cambodgien dans la convivialité. Comme d’habitude les rires fusent de tous les côtés. Les Cambodgiens sont vraiment un peuple de bon vivants, faciles à contenter et à rendre heureux.

orphelinatPendant le repas Chloe arrive avec son papa. Ils sont venus chercher Chiwan en route vers l’aéroport. Chloe est déjà en larmes. Deux demi-journées passées à l’orphelinat sont vraiment trop peu après six mois d'absence ! Je comprends très bien comment elle doit se sentir. Son père me dit que leur avion décolle à 14 heures. Ils mettent longtemps pour faire leurs adieux à tous les enfants et mamans. L'heure avance et c'est déjà 13h15 quand ils arrivent enfin pour la dernière photo de souvenir. Heureusement que l'aéroport n'est plus très loin. La directrice est heureuse que le Gouvernement ait donné une lettre d'autorisation à Chiwan pour faire ses études en Australie.

Quand le petit groupe se dirige vers leur tuktuk la femme qui s'occupait de Chiwan à l'orphelinat est visiblement très émue. Même si ce n'est pas son vrai enfant, c'est tout comme. Le papa de Chloe la prend dans ses bras dans un geste consolateur. Puis ils partent avec les salutations de tout le monde, grands et petits. Quel destin attendra le petit Chiwan ? Se sentira-t-il plutôt Australien ou est-ce que son cœur restera Cambodgien? Trouvera-t-il sa place dans ce monde? Je le lui souhaite! En tout cas, aujourd'hui les bons vœux de tout le monde l'accompagnent sur son voyage.

orphelinatAprès le repas nous voulons siéger dans notre QG habituel, mais la place est déjà prise par deux de nos amis. L’un est une fille qui se prend pour un garçon avec un grand besoin de câlins. Elle vient toujours se coller contre moi et veut que je la caresse. L’autre est un jeune homme qui est arrivé l’année dernière à la Rabbit School. Cette école se trouve également dans l'enceinte de l'orphelinat et s’adresse aux enfants avec des besoins spéciaux. Marie et moi nous souvenons encore très bien d’une pause de midi l’année dernière quand ce jeune homme errait dans le parc en criant tellement fort que toutes les mamans secouaient la tête. Entretemps il est devenu bien calme et nous gratifie même de temps en temps d’un sourire. Je ne sais pas comment ils font ici pour y arriver, et je doute qu’ils utilisent des médicaments pour calmer les enfants. Il doit y avoir quelque chose dans leur nature qui est tellement paisible que cela a également un effet calmant sur l’entourage. En tout cas tous les enfants de l'orphelinat sont plutôt joyeux et posés, et nous n'assistons jamais à des crises.

orphelinatLes enfants de Nimol et Raksmey et la petite Liza viennent se joindre à nous. J’ai apporté des bricolages pour les deux grands et Marie des stylos en forme de rouge à lèvre pour les filles. Peu de temps après arrivent deux garçons d’une dizaine d’année qui veulent la même chose. Evidemment ce n'est pas possible.

J’avais également donné un petit sachet à Nadar avec des ballons pour faire des bombes à eau. Il est très généreux de nature et veut partager avec les grands, mais l’un deux se sert un peu trop au goût de Nadar qui se fâche. Hélas avec ses huit ans il ne fait pas le poids contre le plus grand. Finalement, celui-ci a pitié du petit et lui rétrocède des ballons et tout rentre dans l’ordre.

J’ai apporté des limes à ongles pour les mamans avec des dessins dorés, argentés, en peau de panthère, etc. pensant qu'elles devraient être à leur goût. Je ne m’y suis pas trompée, sauf que j’aurai dû en prendre beaucoup plus. Les mamans sont très heureuses de les avoir et elles sont aussi très solidaires. Ainsi, au lieu de pouvoir les distribuer au compte-gouttes à mes copines, elles m’en réclament pour leurs collègues de travail. Il faudrait que j’y pense pour l’année prochaine.

Le soir Marie et moi allons manger au FCC, l'ancien club de la presse de Phnom Penh, d'où on a une vue magnifique sur la rivière. Nous sommes étonnées de pouvoir nous assoir à une table. Normalement c'est toujours plein ici, surtout le vendredi soir. Alors soit il y a moins de touristes à Phnom Penh, soit tout le monde a déserté la ville pour le long week-end. Etrange!

Nous terminons la soirée au marché de nuit, déçues, car il n'y a vraiment rien qui pourrait nous tenter pour un achat. Tant pis, demain matin nous partons pour Kep. Départ à 7h00 depuis l'hôtel. Et oui, c'est encore raté pour la grasse matinée.

 

 

 

 

17:14 Publié dans Cambodge | Tags : orphelinat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Écrire un commentaire