UA-70828429-1 UA-70828429-1

Monkey Girl Srey Neang

Après une bonne nuit, un café et une moitié de gâteau à la banane nous voilà fines prêtes pour affronter la journée. Il fait bon avec ce joli vent typique du mois de novembre qui rend même la chaleur agréable. Pour ceux et celles qui ne le sauront pas - nous nous trouvons actuellement en saison froide (à 30 et quelques degrés...). Le Cambodge compte trois saisons dans l'année : la saison froide, la saison chaude et la saison des pluies. La saison froide correspond également à la saison des mariages, mais nous n'avons pas encore trouvé de tente de mariage sur notre chemin. Cela ne saura tarder!

P1060560.JPGArrivées à l’orphelinat nous nous rendons à la nouvelle salle de jeux au rez-de-chaussée. Mais nous trouvons la porte close. Alors nous partons à la recherche des enfants que nous retrouvons finalement dans le jardin sous le lotus géant. Fallait il penser ! Visiblement nous n’avons pas encore pris nos marques. Chaque année il nous faut à peu près une semaine pour découvrir toutes les nouveautés, les changements dans le rythme de la journée et d’autres surprises.

Aujourd’hui, par exemple, le goûter aura lieu plus tard que d'habitude parce que la responsable a eu un contretemps - si j’ai bien compris les explications de Punnary, la coordonnatrice. Alors les femmes nous suggèrent de promener les enfants en attendant dans le parc. Srey Neang me voit et me fait comprendre qu’elle veut sortir de sa chaise où les femmes l’ont solidement attachée. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme « Monkey Girl ». Elle est incroyablement rapide, escalade partout et peut être un danger pour les autres enfants si on la laisse sans surveillance. D'ailleurs elle dort dans une cage fermée, sans couette ni oreiller ni d'autre chose qu'elle pourrait déchiqueter ou avaler.

En même temps elle est attachante. Mais il lui faut une personne pour s’en occuper en exclusivité. Avec le nombre d’enfants dans le groupe ce n’est pas possible et donc elle se trouve régulièrement prisonnière de sa chaise et éloignée du groupe dès qu’elle commence à déranger. Je m’étais déjà occupée d’elle l’année dernière. Un peu à regret, car comme le groupe est trop grand ce sont toujours les râleurs et trouble-fêtes qui ont droit à la promenade pour préserver le calme dans la communauté. En contrepartie ceci ne me laisse pas le temps de m’occuper d’avantage des enfants avec qui j’ai plus de liens.

P1060543.JPGIl faut surveiller Srey Neang à tout moment. Elle doit avoir des troubles d’attention car toutes les 30 secondes il faut changer d’activité. Et hop elle veut monter sur la balançoire, et hop elle descend, elle marche un peu en boitillant aussi bien qu'elle le peut, et dès qu’elle voit un sachet en plastique ou autre chose qui brille, elle le saisit pour le mettre à la bouche. Mais cela peut aussi être une feuille ou même une brique que quelqu'un a laissé dans le jardin. Beurk ! Les femmes la laissent faire et je me dis qu’elle doit avoir des anticorps. Puis je fais une tentative pédagogique : à chaque fois qu’elle ramasse un papier, je la félicite et l’emmène à la poubelle pour l’inciter à jeter son papier dedans. Sauf qu’elle fait mine de vouloir grimper dans la poubelle pour s’assoir dedans et jouer avec les détritus.

Le seul endroit où elle reste un peu plus longtemps est le toboggan. J’ai compté au moins quatre descentes, ce qui représente donc à peu près 2-3 minutes. Un record pour elle !

Et puis elle est maligne. Quand elle commence à fatiguer, elle attend le passage d’une chaise roulante pour s’assoir dans le petit panier qui est accroché derrière. Ce soir elle est restée ainsi pendant trois tours du parc – avec des interruptions évidemment. Il y a tant de choses intéressantes à découvrir!

Malgré tout j'ai l'impression qu'il y a cette années des moments où elle est plus calme. Et cela me donne de l'espoir pour son futur. Mais tôt ou tard elle s'ennuie et il faut l'éloigner de force.

La journée passe à toute vitesse et nous ne voyons pas le temps filer. Pendant nos promenades nous avons fait la connaissance d'un couple d'Australiens qui soutiennent également l'orphelinat. Comme nous ils viennent chaque année mais on ne les avait encore jamais rencontrés.

 

 

Lien permanent Catégories : Cambodge 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.