UA-70828429-1 UA-70828429-1

Une journée ordinaire à l'orphelinat

Monsieur Tom nous emmène dans son beau tuktuk. C'est un bon conducteur qui sait éviter et prévoir les dangers de la route. Le seul désavantage maintenant est que nous devons nous plier en deux si nous voulons profiter de notre trajet matinal. Les moines font leur ronde devant les boutiques et partout on balaie les trottoirs. Quel pays de paradoxes quand même : d'un côté tout le monde s'emploie à nettoyer devant sa porte et de l'autre on jette les papiers et sacs en plastique. Les sacs d'ordures s'empilent au bord des trottoirs et cela ne sent pas bon du tout.

L'air est frais. La nuit la température descend à 20 degrés et c'est très agréable pour dormir. Le revers de la médaille est que plein d'enfants sont en train de tomber malade : toux, diarrhée, vomissements - les maux de la saison froide. Et les vilaines mouches sont de retour et nous embêtent où elles le peuvent.

CambodgeQuelques uns des grands garçons à l'orphelinat ont récemment été recrutés pour ramasser les papiers qui traînent par terre. Peut-être qu'un jour Neang deviendra cheffe ramasseuse…

cambodgeL'orphelinat s'embellit de partout. On a planté de nouvelles espèces avec de belles feuilles coloriées dans les parterres qui longent les balcons, et les femmes entretiennent ces endroits avec amour. En fin de journée on peut les voir bêcher et arroser leur petit jardin. Par contre le côté gauche du parc est plus verdoyant que le côté droit. Nous n'avons pas encore compris si c'est une question de personne qui s'en occupe ou si un côté est plus protégé par l'ombre que l'autre. Selon la tradition Cambodgienne, des pots suspendus contenant des plantes ont également fait leur apparition dans le centre. 

cambodgeDe chaque côté de la rampe d'accès on peut maintenant admirer de gros pots remplis d'eau, de poissons minuscules et de plantes aquatiques. Le tout est gardé par des hérons en plâtre que la directrice à payé 12 $ pièce. Au moins ce ne seront pas eux qui s'attaqueront aux petits poissons. Les deux nouveaux physios espagnols s'étonnent de la propreté de l'endroit et du soin qu'on y met. C'est certainement aussi pour impressionner les donateurs réguliers qui passent au centre.

D'ailleurs nos jeunes décorateurs ont refait une apparition. Il fallait vider toute la pièce et mettre les enfants sur la véranda pour leur faire de la place. Mais le mur est toujours immaculé blanc. J'espère que cela ne fera pas comme dans le conte d'Anderson "Les habits neufs de l'empereur."

cambodgeUn autre aspect du paradoxe Cambodgien est leur côté bruyant combiné avec une grande douceur et tolérance. Prenez Srey Neang Monkey Girl. La semaine dernière nous avions la visite d'un couple de médecins Australiens qui soutiennent le centre également depuis des années. Quand Annette, la femme, m'a vue avec Srey Neang elle m'a dit qu'en Australie elle sera certainement calmée par des médicaments. Qu'est-ce que je suis contente qu'elle ne vive pas en Australie! Même si elle est parfois fatigante, elle a sa place ici et le droit de vivre sa vie sans qu'on ait besoin de la réduire en légume. Les femmes la laissent jouer, tout en la gardant à l'œil, et je trouve qu'elle devient plus sociable de jour en jour. Il faut juste qu'on s'occupe d'elle. 

cambodgeRyna, la deuxième fille de Nimol, est malade aujourd'hui et nous tient compagnie ce matin avec sa grande sœur Nyta. Les deux s'amusent à grimper sur les fauteuils roulants en jouant au taxi. Et en passant on rajoute encore un bébé. Sambo, l'occupante attitrée du fauteuil roulant, se prête de bon cœur à l'invasion de son espace et toutes les bêtises des deux gamines la font rire aux éclats. Plus tard les deux fillettes aideront au nourrissage des enfants. En fait, elles se débrouillent très bien en prenant l'exemple sur leur maman.

Le soir nous allons dîner dans un restaurant que notre ami Mansour nous a recommandé. C'est délicieux et nous nous régalons. Et voilà qu'apparaît Mansour avec un ami Syrien qui étonnament dit se rappeller de nous. Voilà que nous les avions croisés l'année dernière sur une route sombre à Kep. 

Le monde est vraiment petit!

 

 

 

Lien permanent Catégories : Cambodge 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel