UA-70828429-1 UA-70828429-1

Excursion à Kulen Mountain

Après un sommeil interrompu par les freinages nombreux de notre conducteur de bus de nuit nous arrivons avec une heure d'avance à Siem Reap, c'est à dire à 4 heures du matin. Il fait 13 degrés. Brrrrrrr…. Heureusement à l'hôtel ils ont pitié de nous et nous prêtent une chambre pour le restant de la nuit. Ah, cela fait quand même du bien de dormir dans un vrai lit qui ne bouge pas.

Nous nous réveillons vers les 7 heures et allons trouver nos amies Srey Peuv et Trish qui sont déjà arrivées hier. Après un bon petit déjeuner nous partons revigorées en voiture avec notre chauffeur Khmer et ami de Peuv pour le mont Kulen. Wikipédia m'apprend que le Phnom Kulen est un massif qui culmine à 487 mètres d'altitude et se situe au nord-est d'Angkor, le fameux site archéologique. Le mot khmer kulên désigne le fruit litchi. Grâce au microclimat qui y règne les fruits provenant d'ici sont renommés dans la région. Une eau minérale que j'apprécie beaucoup porte également le nom de Kulen. Malheureusement nous n'avons pas pu voir sa source qui se trouve sur le plateau.

kulen,siem reapEn tant que touristes nous sommes priées de payer 20 $ de droit d'entrée au site qui comporte de nombreux vestiges archéologiques, notamment un petit temple au sommet de la montagne, abritant un grand bouddha directement sculpté dans le grès. La route ne permet la circulation que dans un sens et est bien gardée par des policiers postés de-ci de-là de la route tous les quelques centaines de mètres. Jusqu'à midi on peut monter et ensuite la route est réservée à la descente.

Un fois garés, nous montons les nombreuses marches vers le sanctuaire. L'ambiance me rappelle un peu le Mont St. Michel avec tous ses restaurants qui longent la montée vers l'église. Quantité de mendiants attendent également sur les marches que les fidèles veuillent bien leur donner quelques riels.

kulen,siem reapSrey Peuv achète de l'encens et des fleurs de lotus pour les offrandes qui doivent être faites sur un plateau rocheux en-dessous du fameux bouddha. Un petit orchestre accompagne les prières des croyants.

kulen,siem reapPuis nous montons des escaliers pour contempler le bouddha qui est couché sur son côté gauche, ce qui est contraire à l'iconographie traditionnelle.

kulen,siem reapJe comprends pourquoi on ne peut pas laisser les offrandes ici. C'est trop petit. Un étroit sentier laisse juste assez de place pour contourner la statue qui est veillée par des gardes. Apparemment pas suffisamment, ou alors la majorité des visiteurs est illettrée comme en témoigne cette photo : "Merci de ne pas écrire sur le Bouddha" avec plein de gribouillis à droite et à gauche.

Nous achetons quelques souvenirs, entre autre pour les offrir à nos mamans préférées à l'orphelinat. Peu de touristes blancs croisent nos pas, mais nous rencontrons un groupe de visiteurs Indiens et bien sûr des Chinois. 

kulen,siem reapAprès le temple nous nous rendons au bord d'une petite rivière enchantée pour admirer les 1001 lingam qu'une ancienne civilisation d'il y a 1200 ans nous a laissé sculptés dans le lit de la rivière. Le lingam est une représentation d'un phallus (la masculinité) et d'une vulve (la féminité) et symbolise la fertilité. Ils servaient à bénir les eaux avant qu'elles n'atteignent la cité royale d'Angkor.

kulen,siem reapNous nous promenons en suivant le cours d'eau, entourés de centaines de grands papillons sombres. C'est juste féérique!

kulen,siem reapMais il nous reste encore les cascades de Phnom Kulen à découvrir qui se trouvent un peu plus bas de la rivière des lingas. Ayant visité des chutes d'eau dans le Mondulkiri d'ici quelques années, je sais à quoi m'attendre : un nombre incroyable de Khmers qui se baignent dans l'eau et des piqueniqueurs à perte de vue. Mais nous avons dû tomber un bon jour et c'était nettement moins pire que je ne le craignais. Nous descendons par de longs escaliers vers le fond de la deuxième cascade où des courageux se baignent dans l'eau fraîche sous le regard bienveillant de quelques moines.

kulen,siem reapAvant de rejoindre Siem Reap nos amis Khmers nous montrent encore un point de vue vertigineux, le Poeng Ta Kho où la falaise tombe à pic.kulen,siem reap La surface est en pierre de sable et me fait penser à un récif de corail. Va savoir, peut-être dans les temps anciens cet endroit était immergé dans les océans de la préhistoire.

Nous rentrons heureux de nos impressions de la journée et aussi un peu fatigués. Ce soir toute l'équipe du Bravehearts ira manger ensemble au restaurant du crabe rouge pour être en forme demain pour nos dix kilomètres. En tout cas, je pense que nous allons bien dormir.

 

 

 

Lien permanent Catégories : Cambodge 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.