UA-70828429-1 UA-70828429-1

Ce n'est qu'un au revoir

Ce matin nous sommes réveillées par le doux ronronnement d'un marteau piqueur devant notre hôtel. On refait la canalisation. Youpi! Cela promet pour notre grasse matinée programmée pour demain matin.

Allez, un dernier tour de bouchons pour notre trajet à l'orphelinat. Je ne dirai pas que cela va me manquer. La circulation de Genève me suffit déjà largement.

Quand nous arrivons, nos mamans préférées nous attendent déjà et nous demandent de les suivre à l'intérieur où deux paquets nous attendent : nos paniers de courses fait maison plus quelques autres vanneries très jolies. Nous les apprécions encore davantage car maintenant nous connaissons tout le processus de production, à commencer par les feuilles de palmiers coupées sous nos yeux dans le parc. Nous sommes gâtées et touchées comme chaque année. Nimol nous intime déjà de ne pas pleurer aujourd'hui, mais cela sera dur comme à chaque année.

orphelinatAlors allons plutôt faire la fête. Ce matin on nous offre des cours de danse khmère en supplément.

orphelinatTout le monde s'y met, mamans et enfants. La musique khmère est douce et languissante, avec des mouvements doux et répétitifs, toute en souplesse du poignet. Pas facile pour les Européennes que nous sommes. Et évidemment nos tentatives contribuent à bien faire rire la galerie.

 

Mon copain qui m'avait fait pipi devant les pieds et qui réclamait des ballons à chaque tour de parc a finalement compris qu'il n'y avait plus de ballons.

orphelinat

Par contre il s'est également rendu compte que j'ai un appareil photo accroché à ma ceinture et que les photos ne sont pas limitées. Donc maintenant il vient me trouver à chaque tour pour me demander de lui tirer le portrait. Et en plus il faut que je lui montre le résultat. Heureusement que nous ne sommes plus à l'ère de la pellicule. 

orphelinatAujourd'hui il se chamaille tout le temps avec une autre fille qui s'est également entichée de nous. Les deux se disputent le droit d'aider à pousser la chaise roulante et pour cela ils n'hésitent pas non plus à se taper dessus. Pour mon dernier jour j'avais prévu de prendre chaque enfant à part pour un tour tranquille dans le parc afin de pouvoir leur dire au revoir. C'était sans compter les desiderata des autres enfants et mamans. Pourtant je devrais le savoir depuis le temps.

A 11 heures nous nourrissons nos chères petites têtes blondes pour la dernière fois. Osampea s'amuse toujours à faire des bulles pour Marie et Somnang émet pleins de petits bruits, on dirait qu'elle chante. Sauf qu'elle garde ses dents bien serrées et ce n'est pas du tout facile de lui faire manger sa bouillie. Mais peut-être c'est seulement pour nous permettre de profiter plus longtemps d'un autre épisode d'une vague histoire d'amour sur fond de mafia thaïlandaise. Après trois semaines on n'a toujours pas compris qui était avec et contre qui. 

orphelinatA midi nous sommes conviées avec nos familles de coeur pour un dernier déjeuner. Au menu : rouleau de printemps à la khmère. Nous comptons huit mamans, plus Punnary la coordonnatrice, et le mari de Nimol. La directrice est en formation pendant toute la semaine et nous la verrons plus. Le mari de Nimol s'est vraiment bonifié. Je ne sais pas si c'est son quatrième enfant ou si la directrice lui a tiré les oreilles, en tout cas on ne l'aura jamais vu travailler autant que cette année.

L'après-midi passe comme un éclair. Je distribue mes dernières brosses à cheveux et c'est déjà 16 heures. C'est le moment que Marie et moi redoutons le plus. Normalement nous passons dire au revoir à tout le monde, mais là ce sont nos deux familles qui nous escortent à la sortie et il n'y a pas moyen de partir encore à droite et à gauche. J'ai quelque chose dans l'œil qui me fait clignoter fortement et Marie aussi. Pourtant Nimol nous ordonne de ne pas pleurer. Facile à dire!

Nous partons avec les bons vœux de tout ce beau monde. "Good luck and see you next year." Oui, c'est aussi notre vœu le plus cher.

Demain soir nous reprenons l'avion pour retourner au froid avec un dernier au revoir d'un bonhomme de neige Cambodgien qui ne craint pas le soleil. Joyeux Noël à tous et à l'année prochaine.

orphelinat

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Cambodge 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.