UA-70828429-1 UA-70828429-1

Un samedi presque normal

20200321_104501.jpgMon grand plaisir du samedi matin est d'aller au marché, d'y rencontrer des copines et de boire un chocolat chaud à La Truite. Maintenant tous les restaurants et bars sont fermés, mais nous avons quand même une chance inouï : le maire a accepté de maintenir le marché hebdomadaire sous une forme réduite. Quel bonheur! Je n'ai pas envie d'engraisser les supermarchés qui se font déjà assez d'argent comme ça, mais plutôt de soutenir les petits producteurs locaux et leur produits frais.

Un membre de la municipalité me raconte que des gens se sont plaints parce que le marché a lieu, que c'est n'est pas responsable. Alors ce sera mieux de s'entasser dans des supermarchés mal aérés que de faire ses courses en plein air tout en restant à distance? Parfois je ne comprends pas la logique des gens. En tout cas je suis très reconnaissante à la mairie de maintenir ce petit moment privilégié de la semaine qui, en plus, m'a permis de remplir mon frigo avec de la bonne nourriture.

Après le vide et le calme de toute la semaine, voilà tout d'un coup quelques piétons dans la rue. Ils tirent leurs chariots en se dirigeant vers les présentoirs bien achalandés. Les stands sont un peu plus espacés que d'habitude. Les marchands venant de loin n'ont pas fait le déplacement, comme par exemple notre producteur d'huîtres favori de Noirmoutier. Je suis d'autant plus heureuse que nous ayons pu encore déguster ses produits le week-end dernier.

Je rencontre deux ou trois connaissances et une copine et nous échangeons quelques mots au soleil. Les marchands ont pris des dispositions pour tenir les acheteurs à distance. Il y en a qui ont mis des caisses, d'autres ont entouré leur stand avec du film fraîcheur pour faire une barrière transparente. Souvent ils repartissent leur travail en une personne qui sert et une autre qui encaisse. Le maire et la police municipales sont présents et veillent que les gens respectent les distances de sécurité. Je n'ai jamais vu le marché aussi vide et c'est assez agréable. Pas besoin de faire la queue nulle part. Plusieurs personnes portent des masques, mais il y a quand même comme un air de liberté. Avoir le droit de sortir. On se salue à distance, échange des mots souriants avec les marchands et entre nous. Je suis heureuse d'être dehors et de rencontrer des gens, et j'ai l'impression que ce sentiment est partagé.

P1070355.JPGHaricots verts, salade, radis, carottes et asperges. Miam. La semaine sera gourmande! Les fraises de Carpentras bien rouges me font de l’œil et je renonce à mon principe de ne pas acheter des fraises au mois de mars. Je ne le regretterais pas. Elles sont goûteuses à souhait et je continuerai ma petite folie plus tard en les dégustant avec une boule de glace à la vanille et de la liqueur aux œufs qu'une généreuse amie m'a ramené de la forêt noire. J'ai un stock de quatre bouteilles. Alors tout va bien.

Mais d'abord je reste sage. En rentrant je prépare mon jus de fruits frais que je partage normalement avec moi voisine coiffeuse. Aujourd'hui et pour les semaines à venir le salon reste fermé. Alors je pense à elle et bois mon jus à sa santé. Quelle tête va-on avoir quand tout ceci sera terminé? Je préfère ne pas y penser.

Puisqu'il fait beau je m'installe sur ma terrasse pour lire. Cela fait enrager deux moineaux posés sur une branche à proximité qui commencent à piaffer de toutes leurs forces. Ils font un tel boucan qu'on dirait qu'ils sont en train de m'engueuler parce que j'occupe leur territoire. Non mais!

Il faut dire que mes petits amis plumés sont au moins aussi gourmands que moi. En une semaine ils ont avalé 5.3 kilos de graines de tournesols et une bonne quantité de boules de graisse. Mon compagnon m'avait apporté un sac avec des graines mélanges que les oiseaux chez lui ne veulent pas manger. Et bien, les miens non veulent pas non plus. Peut-être qu'ils sont aux OGM? Par contre, si je les répands par terre les moineaux viennent quand même les picorer. Heureusement que j'ai encore un sac de 12 kilos de graines de tournesol en réserve. Je n'ai aucune idée si Botanic et compagnie sont encore ouverts. Sinon ce sera disette pour mes petits amis.

P1070347.JPGLe pic épeiche est revenu et cette fois-ci il est resté plus longtemps dans mon arbre. Mais il est trop grand et lourd pour pouvoir se poser sur une des mangeoires. Il faut que je lui trouve une place convenable pour qu'il puisse manger lui aussi.

C'est un va et vient incessant autour des mangeoires et on se croirait dans une volière. J'entends plein de chants variés qui me ravissent. Par contre, au moindre mouvement de ma part, tout le monde s'envole. Les verdiers sont les plus craintifs. Ils sont toujours en alerte et à l'affût du moindre mouvement. Ils doivent posséder une vue exceptionnelle, car ils me repèrent même quand je m'approche doucement derrière la fenêtre. Pourtant il faudra bien qu'ils s'habituent à ma présence, parce qu'avec le confinement qui continue et les beaux jours qui arrivent, je ne vais pas leur laisser le terrain!

Portez-vous bien, ne regardez pas trop les nouvelles et gardez le moral!                   La vie est belle malgré tous le virus du monde!

 

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Air du temps 1 commentaire

Commentaires

  • Coucou Beate, tu as de la chance, le marché à Divonne est annulé... Merci de ton blog, bisous, prends soin de toi

Écrire un commentaire

Optionnel