UA-70828429-1 UA-70828429-1

Lundi de grisaille

P1070337.JPGAprès le beau temps de la semaine dernière, nous voilà enfermés par le froid et grisaille dehors. Serait-ce une invitation du ciel de rester chez soi? Ce que les interdits n'arrivent pas à réaliser, la météo le réussi! En tout cas, j'ai remis le chauffage en marche et limite mes déplacements à l'extérieur au simple fait de remplir les mangeoires. La première est vide à 10 heures du matin. Deuxième remplissage à 13 heures. Troisième fournée à 16 heures. Mes amis ont bon appétit.

Ce matin, en passant dans le salon, j'ai aperçu une grosse  tâche rouge près de la mangeoire qui contient les boules de graisse. J'ai d'abord pensé que c'était un rouge-gorge, mais non, c'était le pic épeiche. Il s'accrochait à la mangeoire dans une position moins que confortable. Mais au moins il a réussi à manger. J'ai voulu le prendre en photo, mais il s'est envolé dans un flop flop lourd. Heureusement que les petites mésanges charbonnières sont moins farouches.

Depuis le film Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock j'avais développé une vraie aversion contre les oiseaux, mais là ils égayent ma journée d'une manière incroyable. Je m'estime chanceuse de pouvoir travailler depuis la maison pour les épier à ma guise.

Hier j'ai profité de la journée pour faire du nettoyage de printemps dans mes placards de cuisine. C’est incroyable, toutes ces trouvailles que l’on fait en vidant ses tiroirs : objets déclarés disparus ou jamais utilisés, des choses en double ou en triple, des boîtes périmées depuis longtemps et ainsi de suite. Si jamais quelqu’un se faisait du souci pour ma survie, je pourrais le rassurer : vu l’état de mes réserves je ne vais pas mourir de faim de suite ! Ainsi j'ai trouvé quatre paquets de sucre cachés dans le fond de mes tiroirs en désordre. Cela sert quand même de faire un peu de rangement de temps à autre. Peut-être certaines personnes auraient également dû faire l’inventaire de leurs provisions avant de vider inutilement les étagères dans les supermarchés.

La réclusion imposée me permet également de lire enfin les cadeaux de noël des deux dernières années qui s'étaient entassés sur ma table. Comme par exemple Today we live d’Emmanuelle Pirotte, une histoire troublante qui joue pendant la bataille des Ardennes dans les derniers mois de la seconde guerre mondiale. Une rencontre improbable entre une jeune fille juive et un soldat SS.

P1070379.JPGL'après-midi le soleil revient et avec lui le pic épeiche. Agrippé par ses petites pattes au bas de la mangeoire et utilisant  sa queue comme un balancier, il entraîne ses abdos sous le regard jaloux des moineaux. Ils sont en position d'attente sur les branches au-dessus de la mangeoire et piaffent d'impatience de pouvoir accéder à la nourriture. Mais l'oiseau plus grand ne fait pas mine d'abandonner sa position privilégiée. Il picore les boules et me montre son ventre rouge écarlate.

Voilà mon petit bonheur de la journée. Finalement, il ne faut pas grande chose pour nous rendre heureux, n'est-ce pas?

Prenez soin de vous et portez-vous bien.

 

 

Lien permanent Catégories : Air du temps 1 commentaire

Commentaires

  • Vous venez de passer les qualifications et êtes désignée "Être Humain digne de la Terre" ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel