UA-70828429-1 UA-70828429-1

Quelques nouvelles de l'orphelinat

orphelinatJe suis vraiment reconnaissante pour nos moyens de communiquer virtuellement et à travers la distance. Depuis mon premier voyage au Cambodge en 2010 Facebook m'a ainsi permis de rester en contact avec d'anciens volontaires et de partager les nouvelles de nos visites réciproques. Puis les membres de la directions ainsi que quelques mamans se sont également mis à publier régulièrement des photos et vidéos. Finalement se sont rajoutés des groupes sur WhatsApp. Quel bonheur de pouvoir les suivre à distance en attendant le prochain voyage en novembre. C'est tellement sympathique.

La saison chaude arrive à grand pas, et la semaine dernière les grands enfants ont pu profiter de la "piscine" aménagée à l'orphelinat. La plupart des enfants adorent patauger dans l'eau et ils en profitent un maximum. J'entends leurs cris joyeux et leurs rires et je voudrais bien partager ce moment avec eux.

orphelinatAux dernières nouvelles le terrain de jeu a encore été amélioré et la production de paniers, corbeilles, sacs et autres objets de vannerie bat de son plein. Ils ont installé un appareil pour tresser la corde en utilisant toute la longueur du hall au rez-de-chaussée. On se croirait presque à la corderie royale de Rochefort. Malheureusement il n'y a pour l'instant personne pour acheter toute cette belle marchandise coloriée.

Le fléau du virus s'approche dangereusement. Les femmes ont peur. Depuis presque un mois les volontaires ne sont plus admis dans l'enceinte de notre institution. Chaque matin le garde surveille la température de tous ceux qui arrivent pour travailler au centre, mais cette mesure ne suffit plus. Beaucoup de Cambodgiens malades et travaillant à l'étranger, notamment en Thaïlande, sont rentrés au Cambodge pour se soigner auprès de leurs familles. Ils passent le virus à leurs proches et la maladie se propage de plus en plus vite. Comme chez nous.

Devant ce danger imminent pour les enfants la directrice a pris des mesures draconiennes. A partir de demain le centre sera fermé pendant un mois. Les femmes peuvent alors choisir si elles continuent de travailler à l'orphelinat, mais en confinement. Dans ce cas elles recevront un salaire entier. Si pour des raisons familiales ou personnelles elles ne veulent ou peuvent pas rester à l'orphelinat, elles seront payes 50 % de leur salaire mais ne pourront pas accéder au centre pendant un mois.

orphelinatJe sais déjà que cela va représenter un grand déchirement pour beaucoup d'entre elles. Notre copine Rakmey par exemple vit avec son mari et ses deux enfants à l'orphelinat, mais tous les jours elle rend visite à sa mère malade pour lui apporter de la nourriture et s'occuper d'elle. Si elle choisit de rester auprès de sa mère elle n'aura plus que 50 % de son salaire. Si elle reste à l'orphelinat elle sera en souci constant pour sa mère qui ne peut pas subvenir à ses besoins. Quelque soit son choix, il sera douloureux. Et elle n'est pas la seule à se trouver devant de telles décisions difficiles à prendre.

Alors j'envoie pleines de pensées positives aux mamans, à la directrice et aux enfants et j'espère de tout cœur que le virus sera clément avec notre centre.

 

Lien permanent Catégories : Cambodge 1 commentaire

Commentaires

  • Beate,
    Dis-moi si on peut faire un petit don pour les aider...
    Bises,
    Francesca

Écrire un commentaire

Optionnel