UA-70828429-1 UA-70828429-1

Réflexions

P1070688.JPGJ'entame la quatrième semaine de télétravail. C'est bizarre, j'ai l'impression que ce sont les lundis qui sont le plus difficile à vivre. Peut-être justement parce que je me dis qu'on a une autre semaine de confinement devant nous. Je viens de terminer mon premier kilo de chocolats de Pâques. Une semaine avant Pâques. Oups. Heureusement qu'il me reste encore un kilo. Merci la Migros. Au lieu de faire des réserves de papier toilette j'avais choisi cette option à la place. C'est mieux pour le moral mais moins bien pour la balance.

Ma maison est de plus en plus propre. La terrasse est nettoyée, les vitres sont translucides (au moins quand il n'y pas le soleil dessus), la pelouse tondue. Tout est prêt pour un repas de Pâques solitaire. Moi qui me faisais toute une joie d'avoir mon fils à la maison pour le week-end et d'inviter les amis pour un bon repas. Bon, on va dire que ce n'est que partie remise!

Les heures de nettoyage, cela laisse le temps au cerveau de gamberger. La dame de samedi matin m'avait dit que le monde changera après le virus. Je n'en suis pas si sûre. Si demain le confinement s'arrête, est-ce que les humains auront vraiment changés pour le mieux ou serait-ce juste un retour à la normale? Du chacun pour soi. Que deviendra la solidarité devant la difficulté économique qui nous attend?

De toute façon, j'ai pleines d'interrogations dans ma tête. Chaque année des centaines de milliers de personnes meurent de la grippe dans le monde et jamais notre vie a été paralysée comme maintenant. Ce matin on a annoncé 257 morts du Covid-19 en Suisse. C'est peut-être beaucoup. En même temps, 257 morts par rapport à 8 millions d'habitants ce n'est rien. Je voudrais savoir combien de personnes sont mortes de la grippe en Suisse l'année dernière et les autres années, si les morts de cette année sont vraiment morts uniquement du Covid ou d'un mélange avec d'autres pathologies. 

On nous assène des vérités à la télé et à la radio, mais est-ce vraiment la vérité? Pouvons-nous aujourd'hui encore croire ce qu'on nous montre quand on connaît en même temps tous les moyens pour travestir l'information, quand on sait que les médias se trouvent dans les mains d'une poignée de personnes seulement? Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-qui ne l'est pas?

Faut-il paralyser des pays entiers et nous laisser nous dépouiller de nos droits démocratiques? Au nom de la peur de mourir? Nous devons tous mourir un jour. Et d'ailleurs tout le monde ne meurt pas du Covid. Pourtant on ne parle que des décès. J'ai des collègues qui ont été malades, avec toux, fièvre, mal de tête. Pendant une ou deux semaines ils étaient mal en point, comme avec une grippe normale, puis ils se sont remis. Heureusement pour eux.

Au même moment nous n'avons plus le droit de nous rassembler. On a sonné le glas des gilets jaunes sans mettre un policier dans la rue. Dans certains endroits on va commencer à utiliser les caméras de surveillance pour empêcher des regroupements de personnes dans la rue. Pendant que nous confinons on installe tranquillement la 5G et personne ne peut s'y opposer. Est-ce que nous allons arriver à un système totalitaire de surveillance comme en Chine, suivis à la trace par nos téléphones, avec reconnaissance faciale et crédits sociaux? Et tiens, pourquoi ne pas supprimer l'argent liquide pendant qu'on y est. Comme ça, plus le moindre centime n'échappera à la surveillance de Big Brother.

Beaucoup de questions et pas de réponses.

Alors je me retourne vers l'espoir, que les forces du Bien seront plus forts que les forces du Mal.  Que la Force soit avec nous.

confinement,covid-19

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Air du temps 1 commentaire

Commentaires

  • Chère Beate,
    Je me pose exactement les mêmes questions que toi, donc ton texte et tes réflexions m’ont fait grand bien. Quant à la belle citation finale, je crois qu’elle a aussi été reprise (ou attribuée) à Saint François d’Assise... Bonne suite de confinement et déjà belles fêtes de Pâques... envers et contre tout !
    Bises
    Marianne

Les commentaires sont fermés.