UA-70828429-1 UA-70828429-1

Passage en zone verte

confinementÇa y est - depuis minuit l'Ain est passé en zone verte. Plus besoin de nous écrire une autorisation pour avoir le droit de sortir pendant une heure. On a également élargi le rayon "généreux" d'un kilomètre autour de notre domicile pour nos déplacements à 100 kilomètres. Peut-être que le prochain stade sera 1000 kilomètres?

C’est un premier pas vers un retour à la vie normale. Les petites boutiques peuvent rouvrir et il faudra les soutenir afin qu'elles puissent survivre. Ce matin j'ai vu de la lumière chez ma coiffeuse d'en face et cela m'a fait drôlement plaisir. Le rendez-vous est déjà pris pour la fin de la semaine. Les restaurateurs, de leur côté, multiplient leurs offres pour les plats à emporter. Tout ce que j'ai goûté jusqu'à présent était délicieux, gourmande que je suis.

 

Samedi dernier la marché a enfin eu lieu à nouveau, bien que limité à l'alimentaire et avec des règles strictes d'hygiène et de circulation. Tous les marchands n'étaient pas encore au rendez-vous, mais j'étais tellement contente de pouvoir à nouveau flâner devant les étals que j'avais envie de tout acheter.

Vers midi on sonne à la porte. Une amie vient m'apporter des pots plus grands pour mes plantations de courgettes, car il faut bien cultiver notre jardin. Elle était restée cloitrée chez elle pendant toute la période du confinement. Visiblement l'envie de sortir l'a finalement remporté sur la peur du virus. Après son passage je décide de mon côté de faire un tour en ville. Librement. Enfin!

Je passe devant la boutique de vélos pour voir leurs horaires d'ouverture. Ce week-end j'ai ressorti ma bicyclette après d'innombrables années. Une petite révision ne sera certainement pas du luxe avant de m'élancer sur les routes du Pays de Gex, car le retour au travail en Suisse n'est pas encore en vue. 

Il fait nettement plus chaud qu'annoncé ce matin à la radio et la pluie a également cessé. Alors pourquoi ne pas continuer ma balade? Je découvre avec plaisir que tous les parcs sont à nouveaux ouverts. Les merles chantent à tue-tête comme pour se réjouir de la compagnie qu'ils auront bientôt à nouveau. Les rires d'enfants ont dû leur manquer. Une mère s’est installée avec deux petits loupiots heureux de retrouver leur aire de jeu. Les employées de la Mairie ont dû couper l’herbe samedi avant la pluie. Cela sent bon le foin. Une dizaine de petits oiseaux arpente le gazon à la recherche de nourriture. Je n’arrive pas bien à discerner de quoi il s’agit, mais j’ai bien l’impression que ce sont de jeunes merles. Un gros chien se roule dans l'herbe, visiblement heureux, la langue pendante. Je préfère cette vue nettement au modèle de chien robotisé qui a commencé à arpenter les parcs à Singapour pour garantir la distanciation physique. Quelle horreur!  Pour l’instant, le “chien” ne semble équipé que d’une caméra, sans doute à reconnaissance faciale, pour détecter les contrevenants. Rien n’interdirait de l’équiper, demain, d’un flash-ball ou d’une arme quelconque pour “agir” directement. On se croirait dans un mauvais film de science-fiction.

confinement

 

Pendant ce temps, dans le parc du Château de Monsieur de Voltaire, les moutons paissent tranquillement. A chacun de leurs pas, le tintement de leurs clochettes compose une jolie musique comme pour annoncer notre première semaine dans la liberté retrouvée, enfin partiellement. Quelle tête feront-ils si leur chien de berger sera tout d'un coup remplacé par un robocop à quatre pattes?

 

confinement

 

Devant nous s'ouvre un chemin vers l'avenir, mais nous ne voyons pas encore où il va nous emmener.

Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.